« Un seul lit trop bas, tu sors ! » ( AI avril 19)

Le thème de l’agenda ironique d’Avril par coquelicot et compagnie sur son blog de Bizarreries & Co

Insolites bâtisseurs d’Aimée Césaire
tant pis si la forêt se fane en épis de pereskia
tant pis si l’avancée est celle des fourmis tambocha
tant pis si le drapeau ne se hisse qu’à des hampes
desséchées
tant pis
tant pis si l’eau s’épaissit en latex vénéneux préserve la parole rends fragile l’apparence capte aux décors le secret des racines la résistance ressuscite
autour de quelques fantômes plus vrais que leur allure
insolites bâtisseurs

« Chère toi,

ce poème que je t’ai mis en exergue est d’Aimée Césaire.  Et si je l’ai mis en exergue de cette lettre c’est qu’il a été en exergue de son écriture, de toutes les pensées qui ont afflué à ma mémoire, comme on dit dans les chansons douces.  Alors, je ne sais pas, peut-être, je me suis dit que ça te ramènerais aussi des souvenirs, ou, que ça emporterait et accompagnerait joliment les miens, couchés là sur ce papier plié.

En tout cas ça m’évitera de te les écrire, et c’est tant mieux pas vrai ? On avait dit qu’on resterait amies alors voilà, je te donne des nouvelles, en espérant que la vodka laissera passer quelque chose entre ses gouttes de plus en plus énormes et amères… pardon.  Tu vois. Je pourrais recommencer ma lettre du début, mais à quoi bon.  Je l’ai fait, 20 fois déjà, je viens de recompter, et j’ai enlevé les feuilles où il n’y a que ton prénom, parce qu’au début je commençais avec…Mais je ne t’écris pas pour ça, et voila c’est dit, je peux continuer à te donner des nouvelles, et j’espère te faire un peu rire, ou sourire.

_robert

Robert.  Un canadien. Mon mec.  Et sa moto, bon en fait c’est la mienne mais c’est la même, chacun la sienne.  Là on vient d’arriver, il se repère.

Si tu te demandes comment je l’ai choisi  : il est exactement conforme à l’image qu’il donne de lui.  Authentique. Il me repose intensément les neurones. On a la vie saine, exceptée bien sur les voyages à moto.  A moto dans la jungle, à moto sur la glace, à moto dans le désert, à moto dans les champs, à la montagne… bref tu vois le genre.  Et ce qui est encore plus chouette c’est qu’il ne parle pas. Ou presque. Il ne pose pas de questions non plus.  Allez si un peu par geste, car c’est un grand gestuel Robert.  Mais de petits gestes.  Si je ne donne pas d’exemple tu ne vas pas comprendre  :  Robert veut un petit câlin il me prend par l’épaule, me regarde droit dans les yeux, et à moins que je n’exprime mon désaccord par une expression négative quelconque, fatigue, douleur, réprobation… Robert et moi on fait câlin.  Et ce dés le 1er soir.   Voila, Robert.  Je crois qu’il est francophone, mais je n’en suis pas tout à fait sure, en tout cas il comprend quand je parle.  Évidemment y a un souci, tu comprendras mieux si je te le dis plus tard.

_saint laurent
Je te donne un indice. Et en même temps j’enchaine sur la suite de l’histoire, pourquoi je suis là, avec Robert.  Malgré les apparences nous sommes bien dans la jungle, ou à sa lisière. La personne que tu vois s’éloigner c’est moi. Si on veut.

J’ai dans la besace noire une chose si précieuse que je chancèle à chaque pas, alors j’accélère parce qu’il faut que ça cesse.  Dans mon dos je sens le regard de Robert qui me pousse, m’encourage.  S’il avait pu le faire lui-même, il l’aurait fait.  Ho c’est ce qu’il dit mais des fois quand je connecte 2 neurones je me dis qu’il m’a « recrutée » pour faire ce truc, dés le départ.  Je vais m’en sortir, t’inquiètes pas, puisque je t’écris.  C’est marrant cette photo, on pourrait être dans le Berry, ou dans l’Oise, j’ai l’impression, non ?  Et pourtant on n’y est pas du tout.

Allez je te dis, vite fait, je peux pas donner trop de détail.

Tu as lu 1Q84 ?  Ou peut-être Men in Black ?

Bon alors voilà c’est ce genre de truc que je trimballais, que j’allais livrer en fait à une petite fille, à moitié…tout à fait autiste mais géniale, sauf qu’elle ne vivait pas en Suède avec des parents … mais pas très loin de Kourou.  Heureusement elle était connectée à d’autres réseaux que smartchat et Racelook, du coup elle a entrepris un truc avec l’aide de son clan, mais ne me demande pas trop  comment ça se passe. Si j’ai bien compris, elle agit comme un prisme et son clan émet un genre d’énergie lumineuse qui appelle les « little people ».

Au départ ils n’étaient pas dans ce coin là, ils étaient plutôt paumés dans la jungle.  Tu savais qu’il y a des vestiges des civilisations très anciennes enfouis dans la jungle ?  Ouais forcément, tu sais tout.

Bref leur truc date de bien longtemps.  Mais faute de population nombreuse, et quelques détails sinistres comme la consanguinité, le plomb de l’or entre autre, ils n’ont plus la puissance. pour traverser l’atmosphère, enfin pas l’atmosphère un genre de champ ou de chaipatruc.  Alors ils se sont rapprochés de Kourou, pour profiter des déchirures du chaipatruc.  que le lancement des fusées fait.

Maline la gamine, c’est son idée.  Elle est un peu pénible, elles le sont toutes, mais elle carbure du citron.

_bien

Bon, alors les « loupiots », comme les appelle Robert… finalement c’est mieux qu’il dise rien, sont arrivés.  Sur le cul d’une fusée et ça a un peu brulé leur matos qu’est pas vraiment une fusée, mais pas vraiment différent… en tout cas tout petit, parce que j’en ai un demi million dans ma besace.  On m’a dit, j’ai pas compté.  Ils ressemblent à du sable, mais du sable qui bouge, et très très fin. bref…Pereskia_tampicana_1000

Du coup Robert s’est pointé, les a récupéré, et doit les amener à la gamine et sa tribu.  Mais il peut pas,  rapport à deux choses auxquelles il est hyper allergique  :  les piqures de pereskia, un cactus, et les morsures de tambocha, des grosses fourmis.  Or la tribu et la gamine adore faire pousser ces trucs là partout où ils sont.

Alors c’est moi qui y vais, y a pas grand risque, mais comme il dit que pour lui c’est « la mort for sure, la morsure, la tombe à pic la piqure »… faut vraiment qu’il parle pas, en fait…

C’est un petit rôle à jouer.

Et après quand c’est fini la mission, il sourit. 5 minutes.  Fête ! 

Avec en général un petit câlin à suivre.  Re-fête.  En tout cas j’ai hâte qu’on finisse la mission.  je ne suis même pas sure qu’il me fasse des câlins rien que pour ça, pour me récompenser de la fin de la mission.

Bah ouais on en fait plein, ça arrête pas, y a des gamines de tous les pays partout qui se mettent à faire du bordel.  Et Robert il est chargé que les gens soit pas dérangés, qu’ils aient leurs temps de sommeil et qu’ils soient pas bougons.

_ptblacarouN

_ptblacarouC

 

 

 

 

 

 

L’histoire que je viens de te raconter c’est pour te dire que j’ai une vie passionnante, avec un mec, et que c’est bon, et que je te souhaite de trouver la même vie.   Parce que j’avoue que Robert est unique, et c’est tant mieux comme ça.

Ton amie ex-amante qui ne regrette rien, mais qui est contente que ce soit fini, en plus quand on a commencé j’avais quel àge ?  Tu pourrais aller en prison !

PS  :  l’histoire à Kourou c’est fini depuis longtemps il reste plus de trace seulement la photo de Robert pour te prouver que je dis pas n’importe quoi.

Publicités

14 commentaires

  1. Robert c’était mon voisin, les gamins lui glissaient des crottes de lapin dans les poches de sa blouse et il avait toujours cette expression quand je lui prêtais quelques choses il me disait: merci, quand même. Robert n’est plus là, c’est Yanick qui le remplace mais c’est plus pareil.
    A pluche.

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci de ce témoignage. Je crois que c’est un Robert d’une autre branche de l’évolution qui est évoqué dans le texte au dessus.
      Cela dit dans un arbre ce qui compte c’est moins les feuilles que les racines, n’est-ce pas ?
      Or Robert en vieux Norois signifie « de réputation brillante »… alors, n’est-ce pas ? Pas vrai ? Hein ?
      Allez merci quand même anatole !

      J'aime

  2. C’est une histoire sans paroles, ça, mon brave monsieur !
    Que paraisse le masque de la brièveté et vous voilà qualifié d’auteur.
    J’applaudis bien fort la narration étrange et fuséïforme de votre grâce.
    Mais je vous asticote, bah ! Vous ne m’en tiendrai pas rigueur, très cher et facétieux chachashire, n’est-ce pas ?
    Quel style, ce texte ! J’applaudis haut la main et une fois encore la belle performance.

    Aimé par 1 personne

      1. Ah ! Dommage !!! Je comptais bien en faire profit…
        Bon, qu’à cela ne tienne, je t’accorde l’entière gratuité de mes louanges aujourd’hui, mais la prochaine fois le prix sera multiplié par un gradient au carré du bénévolat.
        :-)

        Aimé par 1 personne

        1. Ha bon !? j’aime cette attitude proactive et cette tenacité dans la négociation.
          Bon allez je double ta prime de fin d’année et t’accorde un 13ème mois doré.

          Ne me remercie pas c’est normal. :)

          Aimé par 1 personne

Ecrivez-nous ici

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s