Bocage habité : le printemps

NDDL poursuivre ensemble lettre d’info numéro 16

C’était l’autre jour, ça  :  Prise de parole au COPIL du 19 mars, d’où en résumé il es ressorti qu’on avait plein de nouveau copains et copines au conseil départemental, que ça allait très bien se passer, mais que ça prendrait du temps pour certains de découvrir la bande chic filles et chic gars qui voualient rester pour faire pousser des plantes et des bèbètes à la place de faire la lutte.  Oui et puis il y a ceux qui aiment avoir plus …leur part, à la Obélix.

50armand
Un muuuuusicien extraaaordinaiire , réaliiise sous nos yeux ébahis une performance …formidable, « en rue t’es obligéé de te remettre en question en permanence, c’est stressant mais aussi , comme c’est « impossible » de répondre à trop d’exigences… libérateur en quelque sorte ».  La statue derrière lui , la b… enfin le … vert, c’est le monument à la mémoire des 50 otages fusillés à Nantes lors de la dernière guerre.  Nous étions bien moins nombreux que cela, et aussi bien moins fusillés, surtout les résistants parmi nous, qui s’en sont réjouis assez discrètement.
jens
Des jeunes gens forts studieuses s’intéressent à une carte et aux évènements à venir …que je reproduis ci-dessous.  Les passants étaient forts aimables…. Bon en fait on m’a relaté que certaines qui écoutaient la télé et regardaient la radio entendaient des propos divertissants selon lesquels les zadistes seraient méchants, et le redisaient ouvertement, à ces sales rouges, ce qui ne correspond pas à « aimables », mais celles qui ne faisaient rien de tout ça, furent assez rapidement convaincues que finalement elles aimeraient bien devenir zadiste.  Donc chez les passantes, il y a la bonne passante qui dit un peu n’importe quoi, mais c’est quand même un bon passant et le mauvais passant qui dit n’importe quoi, mais c’est un mauvais passant, voila.  Personnellement je suis plus à l’aise avec les mauvais passants, parce que les bonnes passantes sont toujours un peu gnagnaninanana, et finalement elles vous empèchent de parler à d’autres passantes qui seraient plus jolies, ou plus ouvertes.
carte
la carte de la fameuse ZONE Adorable et Désirable  :  en rouge les nouvelles installations agricoles sur 310 Ha, les copines et les copains.  En Jaune les agriculteurs résistantes, sur 360 Ha, parmi lesquelles on peut dire que certaines sont restées des copines dans nos coeurs, et d’autres le sont.  Et en bleu des agriculteurs qui sont en quasi faillite en dehors de la PAC, on dirait à les voir s’accrocher à 5 Ha de quasi friche qu’ils fauchent une fois l’an.  Alors qui est-ce qui vit au crochet de la société ?  Tout le monde, les gens dites vous bien une chose c’est qu’en dehors d’une société , on est toutes et tous très très mal.  Une société c’est précisément ce qu’on appelle des gens accrochés les uns aux autres.  Hélas pour certains.  En vert c’est les bois, où que se passent les mystères de la nature, sauvage.
tractable
Un joli tract et un dépliant pour des choses hyper intéressantes que je décris plus loin.

Portes ouvertes le 14 Avril mais ce ne sera qu’un moment dans la campagne d’information sur le PLUI et une façon d’habiter, travailler en « ménageant le territoire »,  plutôt que l’aménager.  En effet le PLUI de la communauté de commues qui devait « accueillir », comme dans « se faire écraser sans discussion » ,  le site de l’aéroport, arrive en enquête publique ( au passage c’est une des dernières car c’est un dispositif qui sera supprimé – la république en marche aime qu’on l' »accueille » cf plus haut ).

Or dans ce document qui comporte quand même 1500 pages, et dans lequel on a enlevé un gros bout de ce qui constituait un « équipement structurant » comme on dit, combien de pages, de paragraphes de chapitres, sont-ils consacrés à la prise en compte de cet évènement, et à celles et ceux qui vivent autour ou dedans ?

1 phrase.

Enfin comme dit l’autre « c’est pas pire », et en effet, ça va mieux, de mieux en mieux et chaque fois je me dis que … c’est bien ce qu’ils et elles font mes copines et copains.

Au fait « tant que vous êtes là »  :   un article du Zadibao sur la terre en commun.  Le fond de dotation qui permettra à toutes et à tous de participer à ce projet collectif dont on peut dire qu’il porte un peu les espoirs d’une partie des générations futures, voire présentes, et parfois le passé arrive à s’y raccrocher et il ne faut pas le repousser, car le passé n’a pas eu la vie facile, pas toujours.

la terre en commun

L’abandon du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes nous offre une possibilité inespérée :

Développer pleinement les initiatives qui ont fleuri dans ce bocage au cours des années de lutte pour le sauver du bitume !

Cette situation inédite est à l’origine de la création du fonds de dotation la terre en commun, pour faire de ce territoire une propriété collective au service du commun.

Ecrivez-nous ici

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s