Hystérie du temps, en loden

Suite à ça puis ça je fais le devoir de l’armoire avec ce qui suit.  Si transi qu’l’on va mendier un peu moins de foi et un peu plus de charmeur.

J’étais assise à la terrasse de ce café, devant un café justement, et mon loden grand ouvert pendait de chaque coté de ma chaise.  A ce moment là j’avais cessé de pleurer sur les jumeleines et leurs illusions perdues.  On dit parfois que les larmes tarissent, qu’on s’épuise.  Je ne crois pas ça, je crois que l’acceptation est un soulagement, qu’il y a une sorte de petit bonheur à l’abandon, au lâcher-prise.

Barnabé et sa famille n’ont pas accepté que je … enfin que ma mère… mème pas elle , mais lui, là…’tain ça m’dégoute, ‘tain j’y suis pour rien, moi ! et, mais, et puis il a l’droit non  ?! Merde !

Ha ouais c’est ça, je me souviens, c’est pour ça que c’est pas grave :  parce que c’est des cons.  Et le petit merdeux à papa maman c’est le plus con de tous à s’laisser faire.

Cool.  A quoi j’ai pas échappé !  Trop contente, en fait.  Ouaiiiis.

Tiens au fait il est pas mal lui…

« Bonjour mademoiselle, je me sens un peu seul , puis-je m’assoir à votre table, et partager quelques minutes avec vous.  En bavardant ? » qu’il me lance alors que je suis en train de le reluquer telle la biatche que je suis, ou alors ça va plus tarder tellement je suis dégoutée que la vie est horrible, ça sert à rien, faut profiter vite, tant pis si ça saigne.

« Mais oui , naturellement, avec plaisir, faites donc. » J’ai repris le ton bien élevé par réflexe.  C’est tout de même plus pratique de parler le même langage que son hote, fut-il temporaire, n’est-ce pas ?

« Merci, c’est très agréable d’être reçu ainsi, tant de jeunes femmes, demanderait presque des jumeleines pour qu’on puisse les regarder… » ce con a réussi à me faire chialer en une phrase, mais quel con bordel je tente une collec’ ou quoi…

« Ho pardon, je vois que vous sortez d’une histoire de convenance.  Vous aussi. » .

Alors je l’ai mieux regardé.  Il avait le teint mat et un gilet jaune.  Sous ses yeux des cernes noires montrait que son sommeil n’était pas aussi bon que sa diction. Et bon telle mère, telle fille. Flicka allait au galop sur la plage avec son cavalier … « atypique », et La fille de Flicka aurait bien marché l’amble pour ce doux prince du désert, là tout de suite.

« Remarquez que les jumeleines se mangent aussi réchauffées, pourvu qu’on le fasse avec un feu très doux, que l’on n’aille pas trop vite » lui glissai-je alors que dans un coin de ma tête résonnait le hennissement de Thunderhead comme un avertissement.

« Que de sagesse derrière ce regard balnéaire, sous ces cheveux champêtre… » Il avait pété les plombs ou quoi ?   « Je veux dire que je suis d’accord avec vous. » renchérit-il avec un petit sourire amusé, et un peu gêné aussi, comme s’il avait lu mes pensées, du coup ça m’a gênée aussi.

« J’aime la poésie, vous savez.  Mais il faut que ça reste dans un cadre. » Thunderhead me rua dans la nuque, et l’autre me regarda estomaqué…

« re…regardez dirrière-vous » son accent m’apparaissait soudain très fort, « les les pingouins…ils sont roux ! » Je n’en crus pas un mot.

« Allez, quoi c’est bon, c’est pas la peine d’en rajouter » mon ton de banlieusarde reprenait le dessus aussi.  Shrek et sa princesse.

« Mais rigardez. regardez j’vous dit. Ils sont roux, ils conduisent des kangoo. »

« très drole »

« bon tant pis j’espérais que vous retournez , et j’aurais préparé le piège de vous embrasser au retour, alors comme ça, on aurait su tout di suite , si l’amour passait.  Mais là c’ist foutu, on saura jamais. »

« M’embrasser , toi ?! nan mais ho tu t’es vu quand t’as bu ?! t’as qu’à carrément me soulever sur la table et vas-y qu’on teste la sexabilité de nous deux. Z’y va. »

« Ha bon si vous voulez, j’expire que je n’aurais pas des ennuis, quond mème… » et le voila qui se lève, qui enlève son pantalon qui le plie tranquillement sur son dossier de chaise et commence à faire le tour de la table…

 

Je n’autorise pas les commentaires, ça vaut mieux.