La chasse à la patate | De aardappel jacht

N’oublions jamais où nous a déjà mené l’impérialisme national de l’Allemagne, parmi tant d’autre.

ArchivIris

Loin des champs de batailles et des conflits armés, un autre combat a lieu dans les territoires occupés: celui contre la faim. Dès le mois d’août 1914, les Bruxellois sont frappés par une grande pénurie qui les touche particulièrement dans les denrées alimentaires. Toute l’économie étant paralysée par la situation nationale et internationale, par les réquisitions allemandes et par l’interdiction de se déplacer, ce sont les produits alimentaires de base qui font le plus rapidement défaut : lait, beurre, pain, pommes de terre, sucre, café sont contingentés par des règlementations tatillonnes au prorata du nombre de bouches à nourrir par ménage. Très vite, une économie parallèle se développe grâce au marché noir, aux réseaux de connaissances, aux transports clandestins et à la débrouillardise.

Ver van de slagvelden en gewapende conflicten, vindt een andere strijd plaats in de bezette gebieden: deze tegen de honger. Vanaf augustus 1914 worden de Brusselaars getroffen…

Voir l’article original 894 mots de plus

Publicités

2 commentaires

Ecrivez-nous ici

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s