Fediverse – a(lt)social ?

A cause de la fin des emplois aidés et la diminution des dotations municipales, je me suis donné comme tâche de trouver des alternatives pour la création de communauté à la liste de diffusion par email.  Et puis c’était le prétexte dont j’avais besoin pour me vautrer dans la geekerie la plus ignoble, et bien sur échapper illusoirement aux véritables enjeux dont mon existence est jonchée comme un chemin rural l’est d’ornière  :  on sait que si on ne fait rien les fondrières de l’hiver le rendront impraticable, nous obligeant à nous en occuper pour continuer d’y passer, mais au fond peut-être qu’on n’en aura pas besoin…l’hiver dernier le voisin paysan n’est venu qu’une ou deux fois…ha bon quatre ?… alors on repousse, parce qu’on n’est pas de ces obsédés incapables de jouir de la vie sans remplir les chemins de caillous, ces fourmis !

Sans être une prouesse informatique – l’équivalent d’une épée en chevalerie dans mon langage – je suis quand on m’explique pas trop vite.  Or commencer à débrouiller un peu tout ça m’a pris suffisamment de temps pour que j’ai envie de partager les résultats de cette recherche.

Mon principal résultat a été la découverte de cette jolie page  :  Les réseaux de Fediverse. Le second est de comprendre aussi que wordpress.com reste une solution valide pour ce que j’ai à faire sur internet, c’est pas incompatible.

Je n’ai pas encore très bien compris, tout, ni essayé, tout.  Je peux transcrire ce qui est écrit dans le site fediverse.

La nécessité de sauver l’internet des capitalistes, qui tendent vers le monopole et la centralisation comme les chats tuent les oiseaux, est évidente.  L’immense difficulté à le faire l’est aussi, pour le quidam moyen , fut-ille blogueureuse.  Néanmoins on doit commencer à le faire, tel des Sisyphe aux sots troués.

Tous ces médias sociaux fédérés, entre lesquels des passerelles permettent de croiser la mème publication sans effort particulier, fonctionnent sur le principe du partage entre pair, peer to peer  ;  ce qui signifie que plutot que prendre le train, l’avion, l’autoroute la transmission se fait à pied, en vélo, ou en voiture de proche en proche.  C’est le principe même de l’internet.

Donc si un de ces réseaux est la marche à pied, et l’autre le vélo, ça veut dire que si vous dites un truc à vos voisins en y allant à pied, certains d’entre eux pourront prendre leurs vélos et le communiquer, encore à d’autres qui eux le feront dans leur camionnette de boulanger itinérant – ils le feront surement s’ils sont des pipelettes.  Un genre de bouche à oreille numérisé plutot qu’une propagande organisée.

Par comparaison les grands réseaux sociaux internet, mais aussi télé et médias classiques procèdent autrement  :  vous publiez sur un serveur, une organisation centrale, qui le retransmet sélectivement, selon des critères que vous établissez, ou qu’établissent celles et ceux qui gèrent le serveur. C’est particulièrement vrai pour les médias classiques, où même les journalistes ne maitrisent pas leur publication, alors qu’en est-il de vous, « la matière »… ?   Evidemment vous avez le bénéfice d’une publication « professionnelle » facile à se procurer, et à consommer.

Même gratuite c’est une relation commerciale, au sens vénal, dont le petit et faible ne peut pas sortir gagnant, in fine par la loi du capitalisme, ou de la gravité universelle, même si l’énorme se veut débonnaire, ce qu’il ne fait pas.   La raison pour laquelle les géants ne sont pas débonnaires est très simple  :  ils se battent entre eux, or couvert d’une carapace, les bras armés de griffes, vous ne pouvez pas faire de caresse.

Heureusement les réseaux sociaux commerciaux sont soumis aux pouvoirs politiques en place, qui les autorisent ou non à continuer.  Bien sur cela suppose qu’on fasse confiance aux politiciens et politiciennes, du monde entier.  A ce titre j’ai été un promoteur enthousiaste de google, dont j’avais suivi les progrès dans un magazine scientifique des années avant qu’il ne sorte,  JUSQU’AU jour où ils ont courbé l’échine devant la Chine populaire j’ai regretté ma naïveté, et je n’ai pas cessé depuis, comme tout le monde.

Il va de soi qu’il n’y a pas de publicité dans ces réseaux, ni de compte payant  ;  ce modèle économique est basé sur le don, quelque chose de collectif sans avoir l’aspect coercitif que les socialismes ont souvent…pour l’instant en tout cas.

hubzilla et Socialhome

sont assez proches de WordPress.com, par leur  capacité à publier des posts longs avec du contenu. On y perdra la simplicité à créer un vrai site, avec hiérarchie de page fixe, la présentation, et le référencement dans les grands moteurs de recherche.  De ce point de vue on se trouve plus prés d’un site autohébergé, sur son propre ordinateur, chez soi  :  pas invisible, mais il faut connaitre à l’avance.

Il y a une application android pour hubzilla, « nomad« . Je n’ai rien trouvé pour socialhome, du coup c’est le navigateur par exemple Tor browser.

diaspora

est plutot inspiré de facebook ou google+.  Permet de suivre les infos d’une communauté, assez large et diverses.  Une des instances ou pod françaises se situe sur framasoft , bien connue pour tous les services libres qu’elle offre.

L’application android sur google play et sur f-droid

mastodon ou gnusocial

sont des réseaux de « micro-blogging », comme twitter.  Il y a une nuance avec le twitter des origines  :  la correspondance en SMS. Gnusocial me parait plus orienté vers le militantisme, tout court, et mastodon vers la liberté sur internet, mais c’est peut-être du aux instances ( +/- serveurs )  :  mamot.fr et quitter IM.

Sur mobile une application vous permet de suivre twitter et ses équivalents libres &status parmi de nombreuses autres,  j’aime l’esperluette.

Voila je n’ai pas encore tout testé, par exemple peertube pour la vidéo  Je vais encore approfondir et en parler avec des vraies geeks, plus jeunes avant de convertir la petite communauté qui pourrait en avoir besoin dans les mois qui viennent.

J’espère que cette bougie un peu fumeuse vous donnera envie de vous inscrire quelque part dans la fédération.

 

 

Ecrivez-nous ici

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s