MICHAUDINE

La Ginette ayant roulé
tout l’été,
se trouva fort dépitée
quand ses patins furent usés :
Plus un seul beau franchouillard
ptit couillu ou grand
gaillard.

Elle alla crier sa faim
chez Séraphin son voisin
le priant de lui offrir
ses jeunes reins pour la saillir
jusqu’à ce que paix retrouve.
« Te le rendrai te le prouve »
Et ce disant fourre sa langue
jusqu’à ce que l’autre tangue.

Le Séraphin n’est pas né
d’la dernière pluie du mois d’août
«  Que faisais tu bel’ voyoute,
dit-il à la débauchée ?
– Nuit et jour à tout venant
J’tirais ma crampe, c’est mon rayon.
– Vous copuliez, têt’ dans l’guidon ?
Rongez votre frein à présent ! ».

4 commentaires

Ecrivez-nous ici

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s