Difference Propre et Singularités

Au delà des mots….

Je suis persuadé que le problème humain majeur est notre incapacité à nous mettre à la place de l’autre, notre handicap compassionnel est un abîme sans fond.

Moi, ces attentats m’évoquent ces mini-attentats que nous subissons tous chaque jour. Indifférence, énervements, mépris, se traduisant par des « incivilités », en apparence anodines, mineures, mais qui nous minent insidieusement. Bien sur cela ne nous tue pas, mais ça nous mine et ça nous contamine…

C’est très bien de prôner l’Amour, mais tant que ça reste au niveau des idées, ce n’est pas suffisant. Il est un fait certain, nous vivons une société divisée, fragmentée, qui ne tourne pas rond. Nous ne savons pas communiquer les uns avec les autres (malgré Facebook et autres réseaux sociaux), nous nous jugeons, nous nous évaluons. Nous nous rangeons dans tel et tel camp, souvent en fonction de notre passé émotif, de notre histoire familiale, de notre position sociale, de nos manques affectifs…

Si ces attentats pouvaient servir à ce que nous soyons plus compatissants les uns envers les autres, si cela pouvait contribuer à ce que nous nous désarmions les uns envers les autres.

Je suis humain, tu es humain, et j’essaie de te comprendre.

Si nous pouvions dépasser un peu, une fois, un instant, nos griefs, nos jugements.

Mais ce n’est pas facile, il n’est pas facile d’être humain, il n’est pas facile de devenir soi-même, libre, on croit l’être, on croit qu’on a raison mais L’Ego est là, l’ego souffrant qui souffre de n’avoir pas été entendu, compris par les autres.

La meilleure chose que tu as à faire dans cette vie, c’est de comprendre les autres, et de te désarmer intellectuellement, émotionnellement et physiquement…

Pour cela, je conseille à tous la pratique du Yoga et de l’aïkido.

La pratique de l’introspection, dans le respect de soi, car ce qui manque le plus aux gens c’est le respect et la reconnaissance, bases essentielles de la dignité humaine…

Nous sommes prompts à juger les autres, sans discernement, juste animés par nos conditionnements du passé…

Et comme je me garde bien d’être un donneur de leçons, chaque jour qui me reste à vivre sur cette belle planète, je m’efforcerai d’appliquer ce précepte : Te voir, non pas tel que je souhaites que tu sois, ni non plus comme tu souhaites être vu, mais Te voir comme tu es : un autre moi même, mais différent, et complémentaire…

J’aimerai que tu me respectes, car cela m’inciterait à te respecter.

Et je vais commencer par te respecter d’abord, toi qui me juges, toi qui ne me connaît pas et qui ignores qui je suis…

Mais le chemin ne sera pas façile pour moi, tout comme pour toi…

Il serait certes plus simple de prendre une kalachnikov et de nous tirez dessus plutôt qu’essayer de nous comprendre…ne serait-ce qu’un peu, juste un peu…

Publicités

2 commentaires sur “Au delà des mots….

  1. chachashire
    17 novembre 2015

    Je ne suis pas d’accord sur ton préliminaire.

    A l’inverse une bonne partie des problèmes viendrait de ce qu’on imagine, qu’on croit, pouvoir se mettre à la place des autres, ou que ce soit nécessaire pour ne pas nuire aux autres.
    L’altérité, la reconnaissance de l’altérité ne dépend pas de la compréhension de l’autre, qu’on a ou pas.
    De même cette quète, cette inquiétude du « respect » qu’on nous devrait, ne fait rien pour faciliter la vie sociale. Souvent, tu l’observeras peut-être, les gens qui réclament du respect ne sont pas respectueux, et au contraire se placent d’emblée au dessus de tout ou partie des autres. Par exemple un homme ou un garçon de tradition machiste demandera à ce qu’on le respecte, ou un membre de la classe dominante s’étonnera qu’on ne sache pas à qui on s’adresse si on l’interpelle sans les égards du à son rang. Tel qui gare son gros 4×4 en triple file sur un passage clouté, n’admet pas qu’on ne respecte pas sa propriété – le 4×4 qui embête tout le monde. Quand le monde est injuste, déséquilibré, il bascule.

    Est-ce respecter quelqu’un que de dire que tout son discours est mal fondé quand on n’est pas d’accord avec lui ?
    rappel de 1973 Une chanson de Maxime Leforestier

    Les tireurs de vendredi sont français, bien français, comme Andreas Breijvik est bien norvégien et les tueurs en masse américains…ou les flics américains, bien américains.
    Quant au Syriens ou Irakiens ou Libanais de toutes les saveurs, ils nous comprennent bien mieux que nous ne les comprenons parce qu’ils en ont besoin pour survivre, et peut-être que nous ça nous fait du bien, à nous qui ne sommes pas morts, qui survivont, de nous demander, de leur demander ce qu’ils veulent, de quoi ils ont besoin, ce qu’on peut faire pour qu’ils aient mieux à faire que d’essayer de nous tuer, ou nous déstabiliser.

    Mais ça n’est pas en geignant comme des enfants qui se grattent le nombril qu’on peut le faire.
    Voila mon avis, et il ne demande pas le respect.

    J'aime

  2. Leodamgan
    18 novembre 2015

    La haine est d’un seul côté, en ce moment,me semble-t-il et nous sommes tout simplement en guerre…

    J'aime

Si ça vous démange vraiment

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 15 novembre 2015 par dans Uncategorized.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 127 autres abonnés

Blog Stats

  • 23,014 hits
%d blogueurs aiment cette page :