la singularité différentielle

Bonjour. J’avais envie pour ma première ici, de vous parler d’un sujet qui me tient très à cœur : la singularité différencielle.

Tout le monde cherche à être différent des autres. Chacun sa particularité. Il faut bien exister !

Certains l’aiment divergente : surtout ne pas tout mélanger, ni les serviettes, ni les torchons ni les tapis, et ce dans les deux sens et chacun son chemin.

D’autres l’aiment contrariante, juste pour le plaisir . Tout y passe, du dernier TGV aux puissances de l’hameçon, sans oublier le fort taux d’intérêt des banques européennes, mais pas que.

Une certaine tranche de la population la préfère disproportionnée pour se faire remarquer.

  • Plaît-il ?
  • Attends, j’y viens. « Ne vaut-il pas mieux, pensent-ces beaux esprits, ressembler à un nain au milieu des géants ou au bouffon parmi les rois plutôt que mourir inconnu et sans tune ? Parce que nous le valons bien ! »

(Apparté : toute ressemblance …)

Quelques-uns affectionnent au plus au point le pluralisme distingué (chacun sa route pour faire en sorte que) : tiré aux quatre épingles, pas une seule tache, même pas celle d’un petit bonheur volé en cachette des pipelets, pas même la trace d’une bonne part de gâteau mangé là-bas derrière, vers les fagots. (« Quelle horreur, vous vous rendez-compte … l’expression la plus vulgaire que je connaisse ! »). Pas vu pas pris chez eux la propreté frise la transparence inversée : ils font des bulles pour qu’on lève le nez, comme les pontifes et les poissons.

Dans la même veine, la variété qui cultive le baroque est très intéressante aussi : les charmantes façades ont un tel succès mais bon, il y a d’autres ensembles et sous-ensembles et cela prendrait un temps fou pour les énumérer tous.

Enfin, tout cela pour dire qu’une différence, ça peut être aussi amusant, pluriel (Je vous conseille ce terme, assuré dernier cri, oui oui, très à la mode ), égalitaire et conforme à l’air du temps,  et j’en passe.

… Ah ! J’oubliais : propre  aussi ! Comme un sou neuf. Mais du vrai propre ! Festif et délirant à souhait, chacun gardant sa particularité, lecture et écriture confondues. Pour ma part La rhétorique débridée me donne une impression de liberté

Voilà.

 

Publicités

15 commentaires

  1. C’est le pied d’Hermès . Pour ma part ça veut juste dire que j’ai les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. Je sais c’est un peu présomptueux mais qui ne tente rien n’a rien et puis, on est tous un peu des Hermès, en herbe, en devenir ou accomplis.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est le pied d’Hermès . Pour ma part ça veut juste dire que j’ai les pieds sur terre et la tête dans les étoiles. Je sais c’est un peu présomptueux mais qui ne tente rien n’a rien et puis, on est tous un peu des Hermès, en herbe, en devenir ou accomplis.

      J'aime

Lancez vous "Vers l'infini et au delà... " ("tu parles, j'appelle ça tomber avec talent.")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s