MARIN PERDU

fond

J’suis ptêt’ un homme  Matière carton
Ou juste un dôme
Bas de plafond

J’suis ptêt’ un homme  Dans l’contrebas
Haut comme trois pommes
Hors-de-combat

J’ai pas d’sweet-home  Pas d’domicile
Je suis un rom
Un indocile

Mais écoute-moi

Je suis un homme  Est-ce que tu m’crois
Gonflé d’hélium
Et pas que d’rhum

Je suis un homme  Est-ce que tu m’vois
Et je suis là Regarde-moi
Et je suis là  Rien que pour toi
Dans l’contre-jour  Bourré d’amour
A en avoir
LA
GUEULE
DE
BOIS

le 09/11/2013
A Yvonnick, technicien de navire et fervent lecteur de Baudelaire et Aragon

Publicités

13 commentaires

  1. c’est une ambiance, une mentalité, un amour, quelque chose qu’on ne saisi pas forcemment, je sais pas, mais ya comme une communauté, par ex, si on fait de la voile , on le ressens, le fait d’appartenir au meme gout de la mer, j ai du mal a exprimer par les mots,
    le fait est d etre de la terre, mais d’aimer la mer , etre sur un element qui ne devrait pas etre le sien, avoir son coeur a la terre, ses amours et ses plaisirs, mais aimer la sensation et l emotion de la mer qui t’attire,

    ps, quel beau texte premiere video, pffffff

    J'aime

    1. Je pense aussi que se retrouve fortement l’esprit communau-terre des gens de la mer (et pas que pour le jeu de mots…), le sentiment de se trouver embarqué dans le même bateau, celui de l’amour pour la mer, la navigation.

      Ce vieux texte publié ici est juste le témoignage d’une rencontre avec un gars qui s’avère être un marin; il m’est revenu en mémoire alors que j’ai entamé cette série « Où allons-nous Capitaine ».

      …pour le texte d’Aragon, c’est aussi un hommage à Yvonnick qui aime particulièrement ce poète.
      …un beau texte effectivement, magnifié ici par Léotard… :)

      J'aime

    1. Bonne semaine à toi. Notre époque est trés riche, pleine de mutation, certains se sentent perdus, mais au fond je crois aussi que c’est comme certaines statistiques : avant il y en avait plus , mais comme on n’en parlait pas , personne n’était au courant.
      Un auteur intéressant, et moins controversé que Céline sur les errances des hommes d’une autre époque c’est Pierre Mac Orlan ; on a tiré de ses livres « le quai des brumes » par exemple. Mais tu as aussi Antoine BLONDIN avec « un singe en hiver » et une autre époque postérieure.
      Tiens si tu changes de pays, tu as Bukovski.
      allez une chanson des années 70

      Aimé par 1 personne

  2. Preziziones:

    Le dessin est de Clément BELIN
    (auteur de la BD « Les marins perdus » adaptée du roman éponyme de JC IZZO)

    …et Yvonnick n’est pas un marin perdu au sens de Izzo mais juste un type qui ressent parfois le mal de terre…

    J'aime

      1. Si tu ne l’as déjà lue, tu ne seras déçue par la BD de BELIN qui reste fidèle entre dialogues et voix off au récit de UZZO. Ses dessins d’un univers qu’il connait bien (lui-meme a été marin), les couleurs qu’il a choisies apportent un plus (ou un « autre ») au texte de Uzzo.

        Le film quant à lui… si, en fait j’ai bien aimé aussi, même si le point de vue de la réalisatrice Claire Denis, diffère un peu de celui de l’auteur…
        Peut etre est ce ce point de vue que j’ai adopté remarque dans http://wp.me/p3036X-1gv ???
        Ouais peut etre bien un peu, qui sait?…

        J'aime

Lancez vous "Vers l'infini et au delà... " ("tu parles, j'appelle ça tomber avec talent.")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s