Jeu d’écriture – « Nationale 7, la route des vacances » …

  • Ecrire, imaginer et poster une histoire “possible”, un souvenir de vacances – réel ou fictif (ou les deux!), sur son blog perso (WordPress ou autres!!!) d’ici MERCREDI 28 janvier à minuit.
  • Publier le lien vers votre texte dans les commentaires de ce billet (je ferai un récapitulatif, JEUDI 29 minuit, au plus tard, que je publierai, afin de grouper l’ensemble des lectures proposées).

  • Un seul texte sera pris en compte si vous en rédigez plusieurs, à vous de choisir lequel, vous pouvez l’agrémenter d’une photo, ou d’une image, à votre envie (c’est les vacances !!)

– Une seule règle de contenu : il doit y avoir « esprit de voyage », lié à des vacances

Billet en cours  de finition

CI-DESSOUs ma participation   :

 

Voila c’en est fini, je pars.

Tu vois ça m’a pris du temps mais je te rejoins cargo de mon coeur, vraquier de mes rèves.

Te souviens-tu quand j’étais petit, mais déjà un grand garçon ?

Je m’imaginais fuguer… non pas fuguer, partir, me réaliser en disparaissant.

je m’imaginais que je prenais la route, et qu’à mème pas 10ans je conduisais la voiture à papa jusqu’aux bords de la mer.  Mais oui j’y arrrivais, et les gens m’aidaient, ils étaient gentils, compréhensifs.

Mème les flics…?  non les flics je crois que je les hypnotisais.  C’est assez flou.

Ou alors ils me ramenaient, mais je repartais en m’organisant mieux.  La nuit par exemple, je risquais moins les ennuis.  Et en une nuit on peut aller à la mer, de Paris.  J’habitais en banlieue ouest à l’époque.

Je m’imaginais que d’autres venaient avec moi, des enfants que je rencontrais en chemin.  le scénario n’était pas tout à fait le mème à chaque fois.  Selon que les policiers m’arrétaient, ou me demandaient de promettre que je rentrerais chez moi.

ha mais oui les flics sont des gens raisonnables, ils comprenaient trés bien que puisque j’avais conduit jusque là, à l’àge de 10ans, je pouvais ramener la voiture tout seul. Bien sur.  Et ça évitait de faire tout un tas d’embètement à tout le monde.  Pourquoi compliquer tout, aussi  ?  Et puis des fois ils étaient appellés à la radio pour un vrai délinquant criminel à rattrapper.  Alors du coup je pouvais repartir, et j’emmenais des copains la 2ème fois.

Seul ou avec mes copains, qui changeaient d’avis au dernier moment, ou des fois c’est mo qui changeais d’avis d’ailleurs, on embarquait pour travailler sur un cargo, on appareillait pour l’amérique du Sud, ou l’Inde, la Chine.

C’est curieux je me souviens parfaitement avoir révé au moins une fois que je laissais partir le compagnon de route tout seul, et que je rentrais avec la voiture.  Oui c’est curieux, parce qu’en plus c’est seulement à ce moment là que je réalisais que la vie à bord avec les autres marins , ça risquait de ne pas etre facile, pas tendre, ou plutot spécialement tendre.

Alors voila je me demandais si le vieux cargo, toujours le mème je pense, un truc vu dans Tintin, se souvenait de tout ce vrac, ces graines de rève qu’il a emporté.  Je suis sur que je ne suis pas le seul à avoir réver d’etre marin sur ce gerne de bateau.

ha oui, au fait est-ce qu’il se rendait compte que je grimpais le long de la chaine d’amarre pour monter à bord ?  Que souvent j’étais obligé de partir comme passager clandestin  ?

HA ce que les capitaines et les marins étaient gentils aussi.  Et compréhensifs  ! C’était le bon temps que ce temps là, les gens étaient bien meilleurs que maintenant.

Alors ils finissaient par me trouver, au bout d’une semaine, ou 3 jours.  Et donc ils me laissaient travailler pour payer mon voyage, et je débarquais à Buenos Aires (Argentine) ou Montevideo (Uruguay).  Classiquement.

le genre de travail que je pouvais faire, c’était la cuisine.  Oui, oui, et comment je faisais ?  hahaaaa.

Ben c’est pas dur, et le cuisinier était ravi de trouver un commis.

Ce rève de départ, je vais l’accomplir enfin.

Surement, mes dettes ?   je vais les hypnotiser, elles vont se payer toutes seules.

Mes proches ?  idem ils s’aimeront tout seuls, entre eux aussi, en découvrant enfin leurs qualités respectives, et en s’arrétant de se disputer.

Les vacances, et d’ailleurs ça a l’air si bien maintenant que je vais rester.

L'Ornithorynque

photo_panoramique-1Envoyer les mots en vacances, mettre vos souvenirs en maillot ou votre imagination gambadeuse hors des clous, ça vous dit?

Oui!?

Alors, embarquez pour la « Nationale 7« , si chère à Trenet !!!

Petit jeu d’écriture, où je vous propose en toute simplicité de raconter un souvenir de vacance(s) … au rythme de la Nationale 7, ou de toute autre route (66, Katmandou, la Norvège (hé!), le cercle polaire, Saint Trop’ ou le Tadjikistan du sud-est, …). Mais si ça reste la merveilleuse Nationale 7 c’est toujours bien – et qui n’y a pas l’un ou l’autre souvenir qui s’y promène, entre 2 stations-service, …

Route joyeuse ou guide du (c)routard, en voiture à vélo à cheval en stop … tout est beau, tout est bon. Tout est à raconter ! Promenez vous (promenez nous!) dans vos souvenirs, en couleurs ou au noir et blanc – bonheurs, galères, rencontres…

View original post 355 mots de plus

Publicités

23 commentaires

  1. Classement dans l’ordre :

    1- La jument verte
    2- Capitaine Courageux
    3- Chachasire

    voilà, voilà !

    Je te laisse mettre les points, bisou et bonne nuit !

    Si tu as besoin d’aide pour le classement…. :wink:

    J'aime

Lancez vous "Vers l'infini et au delà... " ("tu parles, j'appelle ça tomber avec talent.")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s