GABRIEL

IMG_20150104_161552
Après-midi de grisaille, dimanche, bord de mer, promeneurs, il est venu afficher de nouveaux textes.
A enlevé les anciens. Le morceau de ficelle avec.
Chaque semaine, ou presque. Fin de semaine plus exactement quand les badauds sont les plus nombreux.
Il, Gabriel, un écrivain qui depuis des années, marées après marées, accroche ses textes. Feuille blanche A4 recouverte d’un plastique sur un morceau de carton. Sur les lampadaires.

Pas n’importe lesquels de lampadaires. Ceux du bord de mer. Uniquement ceux-là…

Les badauds savent. S’arrêtent, lèvent la tête, tapent des pieds pour se réchauffer, enfoncent les poings dans les poches. Et lisent. Ceux qui savent et le retrouvent là immanquablement, sur un lampadaire. Ceux qui ne savent pas et, intrigués par ce marquage, finissent au court de leur promenade par s’arrêter. Et lire…

Chaque semaine. Sur le bord de mer.
Un ange passe.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

23 commentaires

  1. Superbe article ! J’aime l’idée, (le prénom itou) et tout ce qui se dégage autour de l’idée. Une beau partage. A mon sens les mots sont faits pour voyager, quoi qu’ils racontent :)

    Aimé par 1 personne

    1. bon de deux choses l’une : soit c’est littéraire, auquel cas, il faut locuter l’angliche pour faire quelque chose qui vaille – donc pas vraiment indiqué de « thémer » une version anglaise ; soit c’est illustratif, ceci cela blablabla autour d’un objet – auquel cas il faudrait pouvoir pondre un petit quelque chose.

      Pour ce qui me concerne je le fais dés que j’ambitionne de dépasser la blague aux copains. Du coup je simplifie mon expression, truculente, croustillante, et délicieuse avec de la sauce qui coule au coin des lèvres, soit, mais assez casse-couille quand il s’agit de comprendre, déjà, et traduire en langage impérial.
      L’anglais fait des phrases courtes, quasi sans subordonnée, il utilise « and » pour coordonner strictement, et pas comme nous pour lier comme on enlace la taille d’une femme… « ha ! ma chérie… » ( par exemple ,le « and » n’aurait strictement aucun sens dans une traduction de ma dernière subordonnée  » not to create a loosy sensual link, as we do » ; j’admets que le « et » est inutileen tout état de cause … ).

      Donc je fais des phrases simples quand j’envisage la bi-version.
      Cela dit, la version espagnole serait plutot bienvenue je pense, vu notre lectorat, et en plus de ça, en Mandarin, en Russe, en Allemand ?

      J'aime

  2. A try for a translation
    Gloomy afternoon, Sunday, seaside, walkers, he came and displayed new texts. Removed old. Threw the old string too.

    Every week or so. At the week end actually, for the many of onlookers.

    He, Gabriel, years long write, after tidal tides, hangs his texts.
    A4 white sheet covered with a plastic on a piece of cardboard.
    On lampposts. Not just any street lights. Those along the sea side. Only those …   

    Onlookers know. Stop, look up, stamp their feet to keep warm, sinking his fists in his pockets. And read.
    Those who know and meet him there invariably on a lamppost.
    Those who do not know and, intrigued by this marking, the short end of their walk through stop. And read

    … Every week. On the seafront. An angel passes.

    J'aime

    1. Thanks chachasire. Tu m’enlèves une sacrée épine du pied, l’anglais n’étant pas tu le sais pas mon fort.
      Je ne suis pas certaine de l’ameliorer ces prochains temps, étant en « contact » avec des marins ukrainiens et birmans qui au babyfoot ou au comptoir du seamen’s center échangent en anglais.
      Ca donne un joli meli melo mais qui ne va guere m’aider!

      Aimé par 1 personne

  3. Oui, même que je connais, on m’a fait découvrir ça en direct y a pas longtemps. Je crois que je vais faire la même chose dans ma commune, ceci dit le budjet en photocopie, faut avoir des prix, sinon…

    J'aime

      1. je n’en sais rien mon sire, je ne connais pas l’animal;
        enfin juste par ses textes suspendus aux lampadaires depuis plusieurs années et selon un rituel semble t il

        alors, il faudrait il faudrait… qu’il fasse ce qu’il a envie de faire

        Aimé par 1 personne

Lancez vous "Vers l'infini et au delà... " ("tu parles, j'appelle ça tomber avec talent.")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s