Exercice de style

tetealenver1

Bonjour, l’autre jour lors d’une balade je suis tombé sur un lac tellement calme que sa surface fonctionnait comme un miroir.

La lumière n’était pas vilaine, je me suis efforcé de faire quelques photos, malgré la compagnie avec qui j’étais.

Je me suis surtout attaché à un type d’objet qui apparait dans la photo ci-dessus, que j’ai un peu modifié.  Il y en a deux, en haut, à gauche…ça y est vous les avez ?

Etonnant comme ces feuilles ont l’air de flotter à l’envers sur le ciel, n’est-ce pas ?  Une autre photo traitée différemment rend compte de ce que ces feuilles m’inspiraient  :  « n’ont-elles pas l’air d’être des vaisseaux lancé vers un monde sombre et inquiètant, une aventure  !

2fcon

Sur la suivante, il n’y a qu’une feuille suspendue au dessus du vide, prète à s’élancer, elle est encore reliée  avec le rivage.  Je trouve qu’elle ressemble plus à un jeune adulte qui émerge de la confusion adolescente pour s’avancer vers les grands espaces.

1flonEnfin la dernière, sans doute la plus belle, la plus complète, évoque la création, la distance que certains individus prennent avec les rivages communs, pour se placer dans un univers plus vaste, immense et lumineux.

Ce n’est pas tout, il y a aussi la faille, le vide béant sous cet équlibre si ténu, une feuille à la surface de l’eau.

1flar  Voila j’ai trouvé , que ces photos diffèrentes prises dans ma recherche de la captation de mon sujet – faire sentir la transparence de l’eau si calme, le miroir, autrement que par le reflet des rives sur la surface, constituaient un exercice de style, des variations de sens alors qu’elles sont quand mème assez semblables.

Si vous avez des avis n’hésitez pas à enrichir ou nuancer cet article par vos commentaires.

Publicités

32 commentaires

    1. Merci du commentaire maximgar. En l’occurrence ce lac est le résultat de l’action de l’homme puisque c’est une ancienne carrière d’ardoise.
      J’ai envie de te répondre qu’on ne peut pas denaturer la nature puisque c’est une notion relative, une abstraction. La nature n’a pas de nature propre, contrairement à la culture qui se définit elle-meme,par son auteur.
      La nature d’un point de vue supérieur à l’homme inclut l’homme et sa culture, comme l’homme considére les fourmis et leurs agissements comme faisant partie de la nature.
      Donc tu axs raison, selon moi, mais uniquement dans un référentiel humain. Ce n’est pas celui dans lequel j’aime le mieux me placer. ;)
      Bienvenu sois-tu dans nos parages.
      Même si là je fais une pause avant d’avoir dit trop de bêtises. ;)

      J'aime

Lancez vous "Vers l'infini et au delà... " ("tu parles, j'appelle ça tomber avec talent.")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s