Et je prendrai tout ce qu’il y a à prendre – C.LAPERTOT – Viviane Hamy

« Pour qui donc suis-je en train d’écrire ? », écrit-elle

Encore un premier roman, ou pas, que je viens de finir.  Il fait moins de 200 pages, l’impression, n’en est pas tassée  –  en édition américaine on trouve parfois le terme de novella, ou novelette.  En français on dit « roman court »  ;  quoi qu’il en soit c’est un format qui a ses lettres de noblesse,  « et j’vais même te dire mon p’tit pote : c’est LE roman ! c’est les autres qu’on devrait appeler roman LONG  !  trop longs » s’exclame l’ivrogne au bar du bistrot qui me sert de vie intérieure.

Revenons à notre sujet du jour.  Madame LAPERTOT, écrit depuis toute petite. Logiquement elle exerce la profession de professeur de français  ;  ça se voit qu’elle aime ça, la … l’écriture, si on a  l’oeil. Ce qui n’empèche pas la rédaction est faite dans un style trés sobre sur lequel la chair qui reste ne nourrirait pas une famille de corbeau.  La narratrice-héroïne  fait avec, d’où le titre.

Une interview vidéo par le « blog littéraire alternatif » passions bouquin, montre une jeune femme trés sympathique

Viviane Hamy est une professionnelle de l’édition depuis bientot 25 ans. Avant de vous parler de sa maison il faudrait lire l’interview de l’express dans laquelle elle parle trés bien de son rapport au livre, et, au monde d’où a découlé son métier d’éditeur, ses rapports aux auteurs.

La maison d’édition Viviane Hamy est prestigieuse par les livres qu’elle a choisi chacun personnellement, et les prix qu’ils ont reçus. Les couvertures sont rouges et noires(edit  :  pour les français) ce qui les rend identifiables.  Le site web est à l’image de la patronne telle qu’on la perçoit dans l’entretien cité plus haut.  Les bureaux sont desservis par la station « Ledru-Rollin », à Paris … « comme de par hasard » s’écrie la belette aux faux airs d’Arlette Laguillier qui tient compagnie à l’ivrogne, « un allié politique de Lamartine  !  Ils sont tous copains !  c’est tout à double tiroir symbolique ! »  « bon sang mais c’est bien sur » s’exclame le commissaire Bourrel en se frappant le front « mais oui tout se tient ! ».  Sur ce il finit son ballon de rouge, s’en ressert un pour finir le pichet, le boit cul-sec, fait « hmmm », lèche le fond du verre, puis sort en courant du café. « pas une minute à perdre » crie-t-il à son adjoint qui dort dans la voiture le ventre à l’air.  « quoi ? » dit Bérurier, car c’est lui qui se réveille.  Fantomette qui se morfond menottée à l’arrière…

Hum, hum.

« Je pense toujours d’abord à Wallander, et je ne me souviens plus du bon  nom, c’est con.  C’est rien, mais ce détail a été lourd de conséquence.  Y a toujours ce con de Kurt devant… et merde. »  maintenant l’ivrogne, soliloque les bras croisé sur le comptoir du bar qui me sert de vie intérieure.

Babelio

le site de l’éditeur

Publicités

10 commentaires

  1. Je note , toujours bien d’avoir des billets comme celui quand la lecture fait partie du quotidien .Charlotte mérite certainement que les lecteurs s’intéressent à elle.
    Bonne soirée
    Bisous

    J'aime

  2. Je suis plutôt science-fiction. Mon dernier roman, c’est le livre de Margaret Atwood : MadAdam, troisième volet d’une histoire SF genre, « après la catastrophe ». L’avant dernier, c’était Stephen King, Le Dome (2T).

    J'aime

    1. j’en ai énormément lu, mais j’avoue que ce n’est plus tellement mon gout. le dernier que j’ai lu dont je me souveinne
      Rosa Montero – Des larmes sous la pluie (Anne-Marie Métailié) reprend l’univers de blade runner, les réplicants… pas mal.
      j’ai un trés bon souvenir des bouquins de stephan baxter pas trop vieux.

      J'aime

      1. Mon préféré, mais qui vient de mourir, était Iain Banks avec tout un univers construit sur une quinzaine de livres. Je suis assez difficile en fait.
        En prenant le train pour aller en randonnée, j’ai quand même lu un roman « ordinaire », de Jonathan Coe : « Expo 58 », Gallimard, 2013. (assez drôle).

        Aimé par 1 personne

      1. bah je l’ai lu,
        tu sais c’est que ma fille voulait travailler dans les metier d’edition, elle a ses diplomes helas elle trouve po, mais elle s’appelle aussi Celine, c’est aussi cette coincidence peut etre futile de ma part, qui m’a fait lire aussi et ecouter l’entrevue,
        bisous

        J'aime

Lancez vous "Vers l'infini et au delà... " ("tu parles, j'appelle ça tomber avec talent.")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s