De ce qui donne la paix

Le petit mot de Suzanne  :   Pwezidol se prenait  pour un grand professeur de morale.  Il semblerait d’après nos recherches sur les hiéroglyphes de Pwezidol,  que hélas ait été un des noms de la « légion » infernale de ses identités  ;  elle ressemble beaucoup à icrayon qui en est en quelque sorte la forme finale.    Daté au #14 carbone aux alentours de Février 2011

Quand il a compris il a redressé la tête, s’est cabré, a tenté de se relever.

Je lui ai parlé doucement, pour l’apaiser : « t’y as été un bon chien, pars faire un somme »
je l’ai regardé dans les yeux, et la véto a planté l’aiguille, poussé le piston, « tu sais qu’elle t’aimait le chien, prends du repos…bon chien… »
« c’est fini madame».
« Ha merci Docteur. » La gorge encore nouée et la sensation de ridicule en collier de pilori devant le docteur et son assistante.
J’ai frimé en demandant combien je devais, en m’assurant que j’étais en règle.

Sire de sa chaîne, la passe au chrome

Ce soulagement ! J’étais sincère, chez le véto mais ce n’était même pas mon chien.
On était un peu comme cousins lui et moi ; victime de la déviance de la même personne.

Mais d’échapper aux kilos de boite de conserve, monsieur n’aimait pas les croquettes, qu’il fallait charrier sur des kilomètres…à pied, j’avais perdu mon permis à l’époque.
Plus de promenade bi-quotidienne…Plus de caresses à donner,
Plus de ce regard de loyauté blessée.

Si vil par schème, lâché par les hommes.

Je l’avais récupéré quand les pompiers l’ont amené à l’hôpital, ma sœur, sa maîtresse à lui, le chien.
Moi aussi j’étais la maîtresse, mais d’un homme, venait quand je voulais, partait après, fermait sa gueule, fermait les yeux, baisait comme un dieu.

Si j’ vise ta chair, parl’ pas bel homme.

Le maire de son bled perdu, à ma sœur, m’a appelé pour que je m’occupe des affaires de ma sœur :
« c’est pus possib’, m’dame ICRAYON ; c’t’un chantier pas possib’, pis y a les chats, et le chien qui gueule. Pis y a le ménach’… et l’espèce de tente toute écroulée, c’t’une vis qu’a pété»
Là j’ai souri ; je préviens que j’ai un humour particulier.

Si vis pas chère, pas de barnum.

Elle, Sylvie d’une vie normale, elle voulait pas les diamants, mais aurait voulu les enfants.

Sylvie se passe de gemme, pas de môme.

Alors elle a eu d’abord des chats, surtout des malades, mal élevés, mal foutus. Plein.
Puis un chien, patient, intelligent qui essayait d’entamer le dialogue avec les chats. Comme le renard du petit prince – il s’asseyait devant, les fixait et attendait. Pas mèche de se faire comprendre d’un chat qui a peur.

Sylvie voulait qu’on sauve « les chatons » 2 récentes acquisitions. Cherchés, pas trouvés, pas tout de suite.
Le premier je l’ai vu avec le maire, et sa bêche. Le cadavre de la petite bête était dans le caniveau, sa petite tête juste à coté. Merci monsieur le maire. Moins 1.
Le deuxième c’était encore plus marrant, je vous ai parlé de mon sens de l’humour, j’ai eu envie de pisser. Il était là avec sa petite tète et ses petits poil tout mouillés.
Qui m’empêchait de pisser pour l’instant, car elle bouchait la cuvette. Ce con s’était noyé dans les chiottes.
Les autres chats, je me suis contentée de leur donner des coups de balais. Mais j’ai bien nettoyé toute la merde et la pisse qu’ils avaient mis partout.

Et donc les yeux du chien, l’épreuve ultime , ces iris, un regard de gamin des rues, te défiant , méfiant, qui disaient :
« et toi aussi ? kes tu vas faire ? tu vas me lâcher ?”
Ces yeux c’était des

cerises placées sur mon baba au rhum.

Alors je l’ai pris avec moi le temps qu’elle sorte de l’hôpital, sa maîtresse, qui lui préférait ses chats pervertis, égoïstes, et cruels.

Avec le chien on se connaît depuis un bail, c’était un ami qui te comprend. Qui fait attention, qui te mord pas tout de suite si tu lui marches sur la patte. Mais qui te fait savoir qu’il a eu mal.
Un sacré voleur de saucisson aussi. On retrouvait les ficelles 6 mois plus tard derrière le canapé.

Si l’sifflard l’appelle, il fait ça comme.

Les 6 mois que ça a duré, je me suis occupé de lui du mieux que je pouvais, un vieux chien qui recoure un peu c’est chouette, le voir draguer les chats, lui assis, le regard fixé dessus, pas bougé, le chat perché, poil hérissé, fixant aussi, mais dans l’inconfort (de la culpabilité sûrement). Et ça durait, ça durait.

Bref le temps qu’il est resté, enfin je crois, il a eu

Sa vie à la crème, Paris en somme

Mais je m’étais promis que je ne l’amènerai qu’une fois chez le véto.
Quand il a plus pu marcher, Je l’ai amené.
La vague est passée en marchant jusqu’à chez moi.
Mes yeux bordés de rouge, j’ai vu en rentrant, ressemblaient aux siens…
c’est chiant les larmes qui coulent pas on peut pas les essuyer à l’intérieur des yeux quand même, si ?!

J’avais tenu ma parole, dans la vie c’est comme ça

Si tu lâches la barre, gare à la baume.

Publicités

7 commentaires

  1.  » c’est chiant les larmes qui coulent pas on peut pas les essuyer à l’intérieur des yeux quand même »; chiant et bien plus douloureux que lorsqu’elles fusent, coulent innondent.
    Deviennent elles acides quand elles restent en-dedans?

    Beau texte, terrible et désabusé, terriblement désabusé.

    Aimé par 2 people

  2. Oulala, elle va s’attirer les foudres de ses congénères cette dame, de considerer ainsi les chats!!!
    …surtout celles qui doudounent encore plus les ceux  » surtout des malades, mal élevés, mal foutus  » et les  » pervertis, égoïstes, et cruels  » ; ce sont à elles leurs princes, leurs rois, leurs sultans!

    c’était ma participation clin d’oeil.

    Aimé par 2 people

Lancez vous "Vers l'infini et au delà... " ("tu parles, j'appelle ça tomber avec talent.")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s