A/R – Le barman

« Dans la gare » 

1 – Georges 

2 – Lala et Suite

3 – Le barman et Fin

« En route » 

1 – L’affiche du cirque

2 – Les habits

3 – Les scoubidous

« A l’appartement » 

1 – Bain !

 2 – Repas

Lala avait fini par trouver une paire de chaussure pour remplacer ses mules déchirées ; elle avait tiré une paire de brodequins du fond du cabas après l’avoir vidé entièrement. Georges vit que la contrevenante du rapide vers la capitale n’avait plus besoin de son aide, alors il se leva pour aller prendre son chocolat au buffet de la gare. Elle suivit Georges du regard, réfléchit un moment, fouilla ses poches de jean puis en extrayant de la monnaie qu’elle compta parut satisfaite. Georges avait un visage normal, plutôt beau selon des critères de régularité des traits. La masculinité s’y exprimait par une mâchoire carré, des pommettes, des sourcils épais, un fort nez droit. Quand, comme à ce moment, il était contrarié, ou tendu, ou triste ou inquiet, on n’y lisait rien, sauf si on le connaissait et alors on ne voyait qu’une émotion négative sans savoir laquelle. En tout état de cause Georges était assez beau de visage, et trés viril quand la mauvaise humeur tirait ses traits, c’est à dire que toutes les lignes horizontales, les commissure des lèvres ou paupières pointaient vers le bas, mais aussi ses joues, ses sourcils, sa mâchoire inférieure, son nez. Le barman à moitié chauve au dessus de son catogan le vit tout de suite. Il avait assisté à la scène aussi et avait une opinion tout à fait claire et informée à ce sujet, du moins le croyait-il. « quel salauds ces contrôleurs, quand même ! Elle va bien votre amie ? » Entreprit-il de sonder Georges en lui servant son chocolat. Une fois chaussée Lala s’était levée, chargée du sac de sport sur une épaule, du cabas de l’autre coté et dirigée à la suite de Georges, de sorte que la confusion du barman était compréhensible. « elle n’est pas mon amie, elle fraude le train et elle n’est pas très propre. Ni gentille » murmura Georges sourdement avant qu’elle n’arrive. Ce n’était pas « elle », c’était une autre. Il alla s’assoir à sa table. Lala avait abordé au comptoir, où elle s’arrima avec naturel et aisance, après avoir laissé tomber ses deux sacs. « un ballon de rosé, s’il vous plaît…bonjour. » commanda-t-elle en plaquant ses pièces sur le comptoir. Reprendre son calme avait amélioré son langage. Le barman jeta un coup d’œil aux pièces, il y avait assez, il dévisagea alors l’arrivante. « 25-30 ans , en a bavé, boit trop depuis plus de 6 mois, pas française, fille de l’est. Couche pas. » catégorisa-t-il en silence. Lala le dévisagea à son tour, eut son sourire pie et lança un coup de menton. « une chieuse pas commode. Militaire ? » calcula-t-il in petto. « Cabernet d’Anjou, ça va ? » « bien sur que ça va, chuis pas chiante, moi, j’aime tout pourvu qu’ce soit bon. » voyant que le barman allait servir Georges « Le monsieur, il boit quoi, là ? » « Il boit un chocolat, mais laissez le tranquille. Il a pas besoin d’ennui, vous comprenez. » « OK, OK, chocolat – j’veux pareil. » « c’est plus cher, vous avez assez ? » « j’ai argent, j’ai argent, dans mon sac. » Lala avait rougi et paraissait gênée maintenant. « Une minute j’apporte ça à monsieur et je reviens. » Dit le barman en se dirigeant vers Georges qui fixait le hall tournant le dos au comptoir. Le barman posa le chocolat sur la table sans déranger Georges, sans voir son visage. Lala avait extirpé un portefeuille en cuir marron plus clair aux coins et aux bords, fendillé, épais, débordant de papiers. Elle en sortit un gros billet. « Tu as la monnaie pour ça, monsieur le bar ? » clama-t-elle. « vous n’avez rien d’autre, madame ? » « J’ai, j’ai autre chose, mais tu dire que c’est pas assez. » en agitant le gros billet devant le nez du barman « et ça, l’est assez ? Et j’en ai d’autre, YA ne bomzh ! » « OK c’est bon, c’est bon. Alors je vous mets un rosé et un chocolat ? j’irai faire la monnaie au guichet ». Il cherchait à apaiser l’intruse, pressentant qu’elle serait difficile à circonvenir sans incident. « naan, juste chocolat. S’il vous plaît monsieur le bar. » ces derniers mots cérémonieusement avec une inflexion du buste. Après un coup d’œil à la tasse de Georges « un plus grand,et à manger, tu as sandwich ? et le croissant ? » « Un grand chocolat, un jambon beurre et un croissant, il vous faudra autre chose, madame ? » « Noon, merci monsieur le bar. » En souriant. Gentiment. Victorieusement. « là bas. » en montrant la table voisine de celle de Georges. « ça…ça marche madame, installez-vous je vous apporte le croissant et le chocolat, pour le croissant ce sera plus long parce qu’il est tôt et… » elle n’écoutait plus, elle emmenait ses affaires et s’asseyait pour regarder dans la même direction que Georges. Le barman prépara la commande de Lala le front barré par deux rides soucieuses, les yeux écarquillés par le souci. « Fous lui la paix, garce. Tu vois pas que c’est un petit. Fous lui la paix, bon dieu » se disait-il. Mais qu’y pouvait-il, lui, « la discrétion professionnelle ». Il apporta donc son chocolat-croissant à Lala. Celle-ci commença par tremper son croissant dans le chocolat. Se penchant au dessus de la tasse pour avaler la pâtisserie dégoûtante de chocolat elle observa Georges qu’elle vit de profil. Sa raideur, son blouson bleu marine, son regard fixe ne fixait rien. La main posée sur la table tenait l’anse de la tasse et l’autre posée sur la cuisse ne tenait rien. Elle finit son croissant en trois bouchées, quatre pour la dernière petite pointe. Le barman lui apporta de lui mème un verre d’eau avec son jambon-beurre. « et ch’prendrait oune bière aussi, ch’il vous plait » Le barman eut l’air déçu, regarda le dos de Georges avec commisération. Lala finit son chocolat à petites gorgées. Par dessus le bord de la tasse, ses yeux furetaient sur le visage de Georges comme un braqueur en repèrage dans une banque. Et elle vit la larme couler le long de sa joue.

« Dans la gare » 

1 – Georges 

2 – Lala et Suite

3 – Le barman et Fin

« En route » 

1 – L’affiche du cirque

2 – Les habits

3 – Les scoubidous

« A l’appartement » 

1 – Bain !

 2 – Repas

Publicités

Lancez vous "Vers l'infini et au delà... " ("tu parles, j'appelle ça tomber avec talent.")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s