Au pied de la tour…sur le wiki

MonOdp

Au pied de la tour s’ouvrait une petite porte.

C’était par là que la petite fleuriste amenait les bouquets qui devraient décorer la table des seigneurs.

Bien sur, elle n’était pas la seule à fournir au château les  denrées diverses qu’il nécessitait.  Pour le chancelier, c’était pourtant « la porte de la fleuriste ».  Sans doute à cause du parterre de Jacinte qui perdurait là, année après année, fruit d’un oignon tombé d’un panier bousculé.
Mais surtout, le chancelier vouait à cette fleuriste une tendresse secrète qu’il n’aurait laissé voir à aucun de ses subordonnés. Il avait même la réputation d’être dur et sans pitié.
De son coté la fleuriste, qui n’était pas beaucoup plus jeune que le chancelier ne laissait rien paraître non plus, de cette considération qu’elle ne pouvait pas ignorer.  Elle ne se départait jamais d’une attitude modeste et bienveillante qui lui était naturelle avec tous.  Seulement, parfois, le chancelier lui disait quelques mots, à voix très basse de trés prés, sans la regarder, en un moment très bref, puis  s’en retournait légèrement penché en avant parcourir les entrailles de la puissante batisse, tandis qu’elle levait vers son dos un regard d’une intensité minérale aussi coupant qu’une arrète de quartz,  le reste de son visage était de pierre aussi, et personne n’aurait pu dire ce qu’elle éprouvait.

Malgré leur briêveté et leur rareté ces échanges avait fini par trouver des témoins.   Aussi ces relations restaient un mystère qui alimentait les conversations,  pas toujours bienveillantes, dont bruissaient les couloirs et l’office .

Ce sentiment était né dans leur enfance sur le domaine, où ils étaient nés tous les deux.

Je vous propose de continuer ce texte, ou de le commenter, à votre guise, sur le wiki « au pied de la tour ».  Il se peut que je joue tout seul si personne ne vient…

l’intervention sur un wiki, c’est fait pour ça, est relativement simple  :

se positionner sur la page, cliquer sur « modifier » , modifier, si possible en ne faisant pas n’importe quoi, puis cliquer sur « publier »

Il est possible de le faire sans identification, dans une certaine mesure (Suzanne en sait plus long que moi à ce sujet ) mais je sais que par exemple j’ai du créer un user pour insérer une photo.

Originellement c’était ma participation à l’oeil du photographe 9 qui a été gagné par moonalila   Pour ceux qui veulent guetter le prochain ODP, le 10 ce sera par là bas, a priori autour du 10 Avril. 

Concernant au pied  de la tour, la photo a été recoupée car je n’avais plus besoin d’y mettre le texte, et le texte lui mème s’est un peu étoffé .   ça se présentait comme ça  :

odp9

Publicités

16 commentaires

      1. Bienvenue!

        Nous discutions justement il y a quelques jours en comité de rédaction (pff tu parles!!!!) de ces expériences d’écriture collective. Nous les avons lancées ici sur le blog puis transférées sur le wiki pour, nous paraissait-il, une facilité d’utilisation, écriture et lecture.

        Elles ont été saluées mais n’ont malheureusement pas reçu grande participation.

        Voici les différents trucs:
        https://differencepropre.wordpress.com/category/jeux-creatifs/les-hermaphrodites-feuilletons-exquis/
        https://differencepropre.wordpress.com/2013/08/31/petit-exercice-de-recreation/
        https://differencepropre.wordpress.com/2013/08/24/originem-vitae-diabolicum-1er-chant-jeu-decriture/
        https://differencepropre.wordpress.com/2013/05/20/devoir-de-francais/
        https://differencepropre.wordpress.com/2013/07/16/des-titres-a-prendre/
        (ça se trouve dans l’onglet POUF POUF, à gauche sur la page d’accueil)

        Certains ont été transférés sur le wiki
        http://fr.differencepropre.wikia.com/wiki/Wiki_Differencepropre:Accueil?redirect=no

        Qui sait, ça va peut-être redémarrer? :)

        Aimé par 1 personne

      2. Je te remercie pour la piqure de rappel !!!! :)

        Mais comme je l’expliquais « en comité de rédaction » (LOL comme tu fais), avec ce grand froid extérieur, je crains le contenu de la seringue quelque peu gelé…
        (des congères dans le port?)

        Ah, voilà le soleil ;)

        Aimé par 1 personne

      3. Je vais bouquiner d’abord mais je ne suis pas sûre d’être capable de participer… Je suis plus branchée sur le jardin et la photo que sur l’écriture.
        Pas grave, j’aime lire.

        Aimé par 2 people

      4. Ne s’agit-il pas justement d’un texte parti d’une PHOTO que chachasire a créée pour l’ODP n 9 et qui met en scène une FLEURISTE? Tu as toutes tes cartes en main Léodamgan je t’assure ;)

        Aimé par 1 personne

      5. dans le principe, dans le principe, sisi a raison : avoir envie de le faire c’est en être capable.
        A posteriori je pense qu’en effet nous partions sur des choses bien ambitieuses dans une illusion d’évidence, et d’intérêt, qui n’était peut-etre pas partagée par d’autre.
        Une définition des « goals and meanings » plus concrète par exemple. Tout ça tourne essentiellement autour de l’idée de contraintes/points d’appui. C’est loin d’être évident.

        J'aime

  1. EPISODE 3:

    Pourtant, depuis quelques temps maintenant, la petite fleuriste se faisait du mouron.
    Le régisseur avait fait comprendre à sa mère que son état de santé ne lui permettait plus de s’accomplir de sa tâche dans les bergeries. Il lui faudrait donc elle et sa garce partir, quitter le château. Il en était désolé, il était obligé…
    Il ne lui en dit pas plus…

    La bergère avait sommé sa fille d’aller trouver du service ailleurs, prié de trouver mari aussi. Elle était jeunette, jolie, gaillarde, trouverait sans mal un domaine où travailler, un époux à la marier. Car si par malheur elle venait à son tour un jour à souffrir d’une vilaine toux comme la sienne, de cette méchante fièvre… Et puis, qu’elle ne connaisse jamais le sort qui avait été le sien à élever seule un enfant né de la cuisse gauche!…
    Elle ne lui en raconta pas plus…

    Voilà ce qui habitait douloureusement la petite fleuriste;
    elle ne pouvait se résoudre à quitter le château où elle était née, à abandonner sa mère qui se mourrait… et oublier ce sentiment si doux qui la traversait en présence du chancelier.

    J'aime

  2. EPISODE 2:
    Il était une bergère…

    Le tablier de toile grossière ne cachait que partiellement ses hanches qui s’épaississaient. Elle était si fine par ailleurs, son allure si alerte et sa vigueur au travail si grand que nul ne pût imaginer un instant que ses disparitions tout à trac au cours de la journée l’amenaient le long du ruisseau où elle partait s’isoler pour mieux rêver à cet enfant que bientôt elle pendrait à son sein. Ainsi personne au château ne devinât qu’en une nuit de nouvelle lune dans la bergerie, naîtraient deux bâtards.
    La jeune fille s’était accroupie devant l’abreuvoir dont elle serrait les bords avec la même violence qu’elle serrait la mâchoire ou qu’elle faisait s’échapper son souffle. Les brebis autour d’elles se pressaient lui donnant des coups de tête qui l’encourageaient à poursuivre les efforts que son corps lui imposait.
    Le premier passa sa tête et entreprit une descente rapide. C’était un petit mâle au sexe turgescent qu’elle saisit pour l’essuyer de son jupon avec un soin déjà tout maternel. Son cœur sautait d’allégresse à la mesure que la fatigue l’assaillait. Elle s’abandonna sur la litière et s’endormit, l’enfant serré contre elle.
    Ce n’ est que quelques heures plus tard que son ventre se remit à la chahuter avec violence. Un long cri de surprise et de souffrance s’exhala de sa gorge. Jetant son fardeau, elle reprit sa place de torture et ce sont larmes et sang qui des heures durant suèrent de son corps avant que ne pointe à nouveau un petit crâne dont elle s’empara pour en débarrasser ses jeunes entrailles meurtries. Une fillette luisante et chétive apparut dans un rai de lumière s’insinuant entre deux planches.
    La bergère venait de donner le jour à des jumeaux, elle la petite bergère que plus un homme ne prendrait pour épouse.

    NB: comme je le dis sur le wiki, il s’agit d’un flash back dans la vie des deux jeunes gens. c’est ce qui m’est venu…

    J'aime

Lancez vous "Vers l'infini et au delà... " ("tu parles, j'appelle ça tomber avec talent.")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s