Difference Propre et Singularités

Philo-pap’

Bonjour lecteurs adorés,

pour finir peut-être temporairement, cette série rétrospective sur les croquis de pwezidol,   philo-pap.  Anonyme un commentateur décidément prolixe un petit peu partout sur le net, et il faut bien l’avouer pas toujours pour le meilleur,  a gratifié cet article de 2 clips, que je donne par ordre inverse.

Pwezidol

@anonyme : l’image du suicide qui donne des papillons est sympa mais un peu menteuse non ? j’aime beaucoup cette chanson des rita mitsouko, elle exprime une sorte de joie désespèrée. Elle m’évoque la « beat generation ».

Cériat 

J’aime beaucoup la tête du papillon et le joli poème s’en trouve agrandi.

pwezidol

@ceriat : merci de l’appréciation pour le poème. Pour le crobar …c’est juste pour donner une idée de la photo sur laquelle j’avais écrit ce texte.

 

A titre documentaire historique, le petit train des Rita Mitsouko évoque les trains de la mort qui sillonnèrent l’Europe entre 1933 et 1945.  La « beat generation » est un mouvement littéraire américain d’après-guerre, s’il y a un rapport … il est métaphorique et à chercher dans l’ambiguité qu’y mettait Kerouac  :  de beat, battu, laissé pour le compte, à « béat » malgré tout  que ce canadien laissait trainer par là aussi.

C’est d’ailleurs aussi le thème de la 1ère vidéo.  Ainsi que celui du poème qui suit.  Encore qu’on puisse trouver une plus grande complexité dans le poème.

Sur ce sourire ironique à demi-esquissé,   meilleurs voeux 2014.

philopap

Ainsi soit-il,
Me voilà rendu.
Cette fleur blanche
Abritera un instant
Mon repos,
Ma respiration sans soufle.

Le noir de mes ailes
Abimées prendra mieux
La lumière la chaleur du soleil,
Au sein des pétales,
Tendus, offerts, soyeux.

Mais je divague. Ainsi en-est-il souvent de nous,
Qui aprés les battements d’ailes d’une vie dans le vent,
Nous posons, au seuil d’un achèvement nocturne.
Puis, au matin, nous procèdons au séchage
De nos ailes, pour encore une fois peut-être voler.

Il me reste tant à vous dire.
J’aimerais que cette fin de vie de papilon
soit le réveil d’un sage paresseux.

Les rèves sont parfois des pièges,
des miroirs auxquels on échappe à peine
tant on peut croire qu’ils sont nous mèmes.

Quand ils ne sont qu’une image,
un songe qui passe et s’efface
Au matin. Et qu’aprés les brumes,
le champ de la bataille qui s’annonce
se révèle à nous.

Aussi à cette heure
il est temps d’échauffer les membres engourdis,
et de polir les rapières qui longtemps rouillèrent,
D’affuter les regards et ajuster les cuirasses.

Il est bien temps !
Le monde nous attend.

Publicités

À propos de chachashire

5 commentaires sur “Philo-pap’

  1. Arthur R
    14 janvier 2014

    Elle est bien la danse des Rita Mitsouko

    J'aime

  2. sissistronnelle
    23 février 2014

    Imago…

    J'aime

    • Suzanne et le Docteur Ouate
      24 février 2014

      Post imago mème.

      J'aime

  3. sissistronnelle
    24 février 2014
    • Suzanne et le Docteur Ouate
      24 février 2014

      La nébuleuse du papillon … une fin d’étoile spectaculaire

      J'aime

Si ça vous démange vraiment

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 13 janvier 2014 par dans Du fond de la mine.

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Rejoignez 127 autres abonnés

Blog Stats

  • 23,014 hits
%d blogueurs aiment cette page :