BLABLA VEU

Photo de Théo

Une absence ordipistolaire…longue, oh, combien lon-ongue…

… Et zou je réapparais ici, joueuse, masquée par cette nouvelle adresse;

tu n’as pas du  m’identifier au moment où tu as ouvert ta boite aux lettres mais, clic (magic), le masque est tombé! Et c’est moi que tu découvres, c’est moi qui t’ai écris ! (tu prends note dans ma nouvelle adresse hein dis ?).

Je sais que tu sais que mes pensées pensaient souvent à toi(…).

Pourtant, ces derniers mois le flux de mes mots avait tari, des mots aussi lourds que des pierres qui ne peuvent courir sur le courant de l’eau. J’ai réussi à en débarrasser ma vie et par la même occasion à en débarrasser le quartier!

Grace à ce projet d’exposition, je me sens à nouveau prête à retourner dans le monde. Et auprès de toi ma Petite Chose! La situation était vraiment devenue invivable! Petite Chose comme un mot tendre, une douceur qui apporte à la fois joie et réconfort;

Ce seront en fait des expos (nous en avions discuté te souviens-tu ?); disséminés sur des lieux publics, lieux privés, là où on ne les attend pas, (là on n’attend rien d’ailleurs) là où il reste de la place pour être surpris dérangé dérouté tout autant que ravi ou émerveillé. Mais désormais, je n’ai plus à les souffrir et je respiiire, je viiis! Cela a demandé beaucoup de patience, de détermination, il ne reste plus que quelques détails pour finaliser, youpla, youplaboum!!!

Tiens toi prête à prendre ton sac de vagabonde pour venir la visiter.

Il est encore tôt ce matin et l’air n’en finit pas de s’emplir du chant des oiseaux.

En réalité, ça a été assez facile et ma stratégie était au point.

Je guette l’arrivée de ce petit couple de mésanges bleues qui a fait l’honneur à mon jardin de le choisir pour leurs ébats amoureux. J’espère que le vieux nichoir fera leur affaire quand ils en auront terminé avec leurs parades nuptiales. J’ai remarqué au cours de longues heures d’observation de leur petit manège que le mâle dresse les plumes de sa tête en forme de huppe et que la belle répond par des bruissements d’ailes. On n’a donc rien inventé nous les femmes, quand nous froufroutons de la jupe parce qu’un regard coquin caresse nos jambes! J’ai fais la caressante car oui, je suis parvenue à dépasser ma haine, mon aversion, pour aller jusqu’aux caresses!

Le matin est encore le moment que je préfère quand la vie s’éveille et s’étire avec langueur. La tombée de la nuit aussi, avec son lent retour au calme, ses lumières qui changent et se voilent, ses bruits qui s’étouffent…

Je n’ai pas perdu mes habitudes et passent toujours ces moments dans le jardin, seule la plupart du temps, veuillez s’il vous plait ne pas me déranger ( Folke l‘a bien très intégré!). D’abord, je les attirais par une bonne gamelle de pâtée (le prix que ça finit par couter ces trucs là, les propriétaires d’animaux domestiques sont-ils donc tous des Bettancourt?).

A propos de Folke, après les expériences diverses qu’il a menées, il a décidé de s’orienter vers l’horticulture. Je ne sais d’où lui vient cet intérêt soudain pour la nature et les plantes mais j’espère que ce n’est pas son goût pour le cannabis qui le pousse à se diriger dans cette filière (tant que la culture et la commercialisation en seront interdites qu’il se mette dans la tête qu’il n’a aucune chance de se mettre à son compte!!!).

Chaque jour ils s’approchaient un peu plus de moi qui les flattais d’une voix douce, doucereuse, pendant qu’eux, avides, engloutissaient la mangeaille. L’avant-saison est magnifique ici et comme de bien-entendu, nous avons repris le chemin de la plage. Hier, avec Ola de passage dans le coin, nous sommes allés à la plage; elle avait tellement hâte de prendre son premier bain de mer! Comme on pouvait s’y attendre, Magnus et Karl nous ont suivis (ou lestés plutôt).  Alors, je tendais la main pour qu’ils me sentent et qu’ils viennent se frotter à elle (leur laisser l’illusion qu’ils sont maîtres de la situation!). Oh l’embrouille pour trouver un coin de sable où poser les serviettes, quand l’un cherchait la proximité des femmes à seins nus pendant que l’autre décrétait ne pouvoir  se baigner que sous le regard d’un surveillant…femme! Après les avoir habitués à mes caresses, tchac, je plaquais une main ferme sur leur dos et clac, de l’autre je leur tordais le cou !

Qu’ils fassent conjointement une demande à la mairie pour qu’il n’y ait que des femmes-sauveteur… les seins nus! Bon, là aussi il va falloir attendre.

Arianna a ré-ouvert des ateliers de danse. Bruit sec d’os cassés… Elle a concocté une expression bien à elle faite de danse moderne, tai-chi, qi-gong et de sa nouvelle passion, la plongée sous-marine! C’était si facile! Je mets un point d’exclamation car c’est bien elle que de jeter 2 radis 3 clous un bout de ficelle dans la marmite pour tricoter la meilleure des soupes. Leurs yeux se fixaient sur moi comme pour m’interroger puis se figeaient dans un éclat vitreux.

Voilà les petites nouvelles du temps!  Je les tous eus, les uns après les autres, les autres avant les uns, tous!  J’espère que ces mots te trouveront toujours aussi énergique là bas dans tes belles montagnes. Bon débarras!

Depuis des affichettes fleurissent sur les murs, perdu chat-ceci-machin, chat-cela-truc, prière de. Je t’embrasse avec affection. Oui, priez priez!

A très bientôt de le lire. Et que mon âme repose en paix.

Photo de Théo
Clairobscur
Publicités

8 commentaires

  1. Alive Alive Oh
    La curiosité n’est pas un vilain défaut.
    Blabla avant le dodo, mais tout me fait penser , et je sais que tu sais qu’il m’arrive de penser à LUI, oui (langoureux), oui le magazine, Of course.
    Je l’ai laissé dans la voiture qui est en réparation.
    Je connais un petit malin de garagiste qui j’en suis sure, le lira d’une main.
    Mais à que cela ne tienne!!
    Le plaisir avant tout!!
    Adishatz

    J'aime

  2. Oh, mais je ne sais pas ce qu’elle en a fait une fois qu’elle les eut attrapés (plus que parfait du subjonctif???);
    Peut-être les a t-elle passés à la moulinette (et la bobine cherra), tu vois bien, comme le boucher qui fait son haché, et qu’elle s’en est ensuite servi pour faire le village schtroumpf, Gargamel, la schtroumpfette et compagnie avec le mako moulage offert par papy et mamy à noël 1978,
    ou qu’elle les as vidés de leurs entrailles à la pince monseigneur puis gonflés à l’hélium et zou, les a propulsés dans l’espace intergalactique où ils rencontrent des aliens mutant tricéphalopodes qui les pulvérisent avec leurs pistolets à neutrons rapides,
    ou que…
    pff, sourire à facettes, à quoi ça servirait que je raconte ce qu’elle en a fait???

    J'aime

Lancez vous "Vers l'infini et au delà... " ("tu parles, j'appelle ça tomber avec talent.")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s