KALAMES

Sur la page noire

dans la nuit

blanche

une encre  s’allume

des mots

s’insinuent sous la plume

mais à mesure

toujours s’enfuient …

Mots-gouttes de sang

suent

tant et tant

les fils du temps,

mots-temps du passé

mots-temps du futur

vides ou bien

cassés …

Plume trempée

à la fontaine de mes glandes

lacrymales,

plume dressée en barricades

crie écrit

à perdre haleine …

Voix

parle écoute,

voix

hurle s’égoutte,

seule

se perd sur

la route …

Silence fantôme

mensonge, silence

fantôme mensonge,

silence …

 

Publicités

2 commentaires

Lancez vous "Vers l'infini et au delà... " ("tu parles, j'appelle ça tomber avec talent.")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s