UNE HISTOIRE D’INTERNET (6)

Résumé du début et des épisodes 2 , 3 , 4 et 5  : Papa est veuf avec 4 enfants, des teenagers. Celle-ci sa copine, la dernière en date, tente de revenir à la charge après une rupture. Petit-dernier, un geek, a inscrit Papa à Pour-s-ouvrir.com, un site de rencontre sur internet, sur les conseils de son équipe de tueur de «no life kill les zombies ». Avant-dernière découvre le pot-au-rose et commence à participer à l’aventure de Averell76 (aka Papa) sur POC (aka pour-s-ouvrir.com ) : elle a écrit un texte, « parlons-en », à propos des préjugés. Bi-mumu, bibliothècaire en chef, et membre de POC apprend à Grande-soeur que Papa est inscrit sur POC. Grande-soeur après une colère justifiée a elle aussi commis un « Parlons-en », « la boue la vase la médisance », s’impliquant dans cette forfaiture familiale.  Alors qu’elle pensait améliorer l’image de Papa, ses benjamins ont encore  aggravé leurs cas par un « stop aux préjugés » peu subtil.  Cependant que Bi-mumu qui suivait  de très près Averell76 sous le pseudo de Reine-des-contes, s’en trouvait de plus en plus déroutée par l’attitude erratiques de celui-ci  ;  mais qui est cet Averell76, Papa ?

Alors Grande-soeur alla voir Grand-frère. Son grand frère le scientifique qui savait tout, se moquait d’elle souvent.
Celui-ci n’était pas très disponible. Mais quand elle lui eut raconté toute l’histoire, il éclata d’un grand rire, surtout en apprenant que Petit-dernier avait piraté l’ordi de Bi-mumu.
Aussitot il alla voir le site.

Les « parlons-en » de ses frères et soeurs l’émurent, il en ressentit une immense tendresse pour son père et toute sa famille.  A leurs manières, à des àges diffèrents,  ses frères et soeurs avaient décrit une sorte d’univers intime et ouvert.  Grand-frère y reconnaissait son père, et au fond aussi feu sa mère, mais pas directement, pas platement, par reflets, par petites touches.  Ils s’ètaient exprimés eux-mèmes, bien sur, plus que de vraiment jouer le rôle de leur père. Ce faisant, ils ètaient tout de mème parvenus  à rendre compte de ce que leur famille conservait de la chaleur que le couple de leurs parents avait dégagée.  Il y avait des tons fondus et vert d’eau et mordoré, des pierres bleues, blancs, rouges, du velours noir et profond…

Grand-frère ressentit une légère frustration, car il manquait quelque chose à ce tableau en creux de cette personne mystèrieuse et proche.

Il fit aussi son « parlons-en ». Il s’appuya sur ce que les autres avaient déjà dit, pour y ajouter une dimension plus profonde

Calcul différentiel complexe que sais je

Calculer, tout le monde sait le faire depuis qu’on a des calculettes.
En tout cas c’est ce que l’on croit. Car j’ai beaucoup réfléchi gràce à vos réflexions. Merci des réflexions extèrieures. Quand on se réfléchit par soi-mème, on tourne en rond parfois.
Et justement je vais vous en parler aujourd’hui.

Les calculettes ! On en a depuis, j’ai vérifié sur ma calculette du fond de mon tiroir de bureau, c’est une vieille, une des 1ères, j’en étais fier : 1977.
Alors les calculettes de cette époque pour ceux qui ne les ont pas connues, elles avaient un défaut, la mienne en tout cas l’avait.
Elle n’avait que 8 chiffres pour calculer. Alors des fois quand on demandait par exemple 4 fois 87654321, elle buggait. Maintenant les calculatrices disent « error » ou un truc de ce genre qui veut rien dire. Mais celle là, elle disait…n’importe quoi, au hasard. Par exemple 1.0005678, ce qui fait que l’idiot qui ne se rendait pas compte que c’était idiot, se trompait comme un idiot avec une machine, beaucoup plus fort.

La machine avait des préjugés, pour le dire comme ça.
Comme elle n’avait que 8 chiffres, le monde entier n’avait que 8 chiffres, rien ne la dépassait dans ses préjugés.
Les machines d’aujourd’hui sont mieux faites, elles connaissent leur limite. Elles connaissent « error ».
Je ne sais pas si c’est mieux parce qu’on a perdu la part d’imagination. Avec les vieilles machines il y avait un autre monde qu’on ne découvrait que parce qu’on ne savait pas qu’il n’existait pas.
Alors que maintenant cet « error » est un cul de sac , impasse.

La fusée Ariane 5 qui s’est mise à tourner en rond en l’air, c’était une vieille calculette, virtuelle, qui lui a fait faire ça. Elle avait que 2 chiffres celle-là, mais elle ne savait pas qu’elle était trop petite pour tout compter, alors elle a tourné en rond, et la fusée Ariane 5 avec.
L’ingènieur était trop jeune, il ne connaissait pas les calculettes d’antan, que celles qui font « error ».

De nos jours on dirait que le monde entier fait « error ». Qu’il n’y a plus personne pour essayer de faire de calculs trop grand avec des calculettes trop petites pour voir ce que ça fait. Ni pour savoir que les calculettes ont toujours des préjugés, un nombre de chiffres et aprés c’est « error » ou l’autre monde inconnu.

STOP aux préjugés, mais après il faut redémarrer. Ce n’est pas si facile. Est-ce que le monde s’arrête à 8 chiffres ? Est-ce qu’il continue dans le noir ? Est-ce que le monde que je trouve au dela de mes 8 chiffres existe vraiment ?

Voila, je ne suis pas qu’un rigolo, je suis aussi quelqu’un qui est mélancolique.

Post Scriptum :
merci Genet. Ce billet a été inspiré par vos réflexions. Et je me suis renseigné.
Je ne fais pas de 2ème degré, j’ai pas assez de chiffres pour ça.
Je me suis mal exprimé. J’aurais du dire « leur laissent une place ».
Il y a peut-être une paille avec la Roumanie et les roms, mais je dirais que la France, est bien poutrée.

Reine-de-contes, j’ai pas assez de chiffres pour calculer votre gentillesse. Est-ce qu’elle est trop grande ou moi trop petit ?

Grand-frère avec cette respiration sentit qu’il avait transmis la profondeur de l’àme du veuf,  vue du bureau auquel il s’ètait installé pour le retrouver.  Ce qu’il avait sondé c’était une eau plus sombre et plus froide, plus vitale aussi  :  celle du malheur infini du deuil, et de l’inévitable survie, de ce qu’on ne peut oublier mème sans y penser.

Puis l’ainé de la famille entreprit quelque chose de très difficile  :  mettre d’accord tout le monde dans la fratrie pour en finir avec cette histoire stupide.  Il pensait par exemple à Reine-des-contes qui avait l’air de trouver Averell76 à son gout.

A l’impossible nul n’est tenu  :  Petit-dernier refusait tout simplement de risquer que Celle-ci revienne,  Avant-derniere avait pris gout à sa guerre contre les préjugés, et bien sur Grande-soeur voulait que ça tienne debout pour Bi-mumu.  On convint néanmoins d’observer une trève dans la vie d’Averell76.

EPISODES  (cliquez sur un nombre pour voir l’épisode correspondant )

UN   –   DEUX  –  TROIS   –  QUATRE   –   CINQ   –   SIX (ici)   –   SEPT

Publicités

9 commentaires

    1.  » On convint néanmoins d’observer une trêve dans la vie d’Averell76  »
      Laisse nous aussi un peu de répit, histoire de garder encore un peu le goût de ce que tu nous a déjà offert à lire. La suite n’en sera que plus savoureuse pour le lecteur…
      (je reconnais que ce n’est que mon point de vue!) ;)

      J'aime

Lancez vous "Vers l'infini et au delà... " ("tu parles, j'appelle ça tomber avec talent.")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s