UNE HISTOIRE D’INTERNET (3)

Résumé du début   et de l’épisode précèdent :   Papa est veuf avec 4 enfants, des teenagers. Celle-ci sa copine, la dernière en date, tente de revenir à la charge après une rupture. Petit-dernier, un geek, a inscrit Papa à Pour-s-ouvrir.com, un site de rencontre sur internet, sur les conseils de son équipe de tueur de «no life kill les zombies ».

Avant-dernière avait l’àge où certaines filles sont… espiègles, mais pas seulement, curieuses, mais aussi, fouteuses de merde, rebelles, gueulardes, et infiniment, infiniment généreuses autant que mesquines.

Petit-dernier et elle partageaient une cloison. Et donc, Avant-dernière partageait une partie des secrets de Petit-dernier. Petit-dernier aussi partageait les secrets des autres, d’une toute autre manière, mais nous en reparleront plus tard.

Avant-dernière suivait les dèmélés de son frère avec les sites de rencontres. Sans en être aussi affectée que son frère elle non plus n’aimait pas « Celle-ci », et êtait un peu déçue, et inquiète de la maladresse de l’initiative désespèrée qu’il avait entrepris. Elle finit par lui donner un coup de main en secret.

Avant-dernière fit un …

Mais je me rends compte que vous ne connaissez pas Pour-s-ouvrir.com.

POC pour les intimes est un site où on peut s’exprimer sur des œuvres ou des émissions de télé, en écrivant des « parlons-en ».

Par convention, une règle tacite est établie  : chacun s’exprime sur ce qu’il aime le moins, et incite les autres à partager son dégout de la vie, pour pouvoir se disputer ensemble le plus longtemps possible. Le principe de base est qu’on s’ennuie si on tourne en rond, et qu’il vaut mieux se taper dessus que s’ennuyer. S’ouvrir à la différence serait d’abord la connaître et la reconnaître.

Cela dit, cette règle tacite n’etait pas suivie à la lettre par beaucoup. En effet les nouveaux arrivés sur le site, les « noobs » de ces petits jeux avaient tendance à parler de ce qu’ils aimaient vraiment. Certains pervers narcissiques qui venaient sur POC afin d’y faire des conquètes, ou d’avoir des aventures amoureuses, voire même avec la ferme intention d’y trouver l’amour, ou à tout le moins une compagne ou un compagnon de vie rentraient parfois, souvent dans des manœuvres de séduction façon dinosaures modernes, des discours à décliner sur « Hé, regarde ma queue comme elle est belle » pour les paons et « sens-moi ça si c’est de la bonne cocotte » pour les poules.

Bref, Avant-dernière avait fait un « parlons-en » à propos de Belle Starr. Un sujet tout à fait approprié pour une jeune fille de 17 ans.

A travers ce texte elle avait cherché à rectifier l’image que Petit-dernier avait donnée de leur père, qu’elle trouvait assez gamine. Mais elle y poursuivait aussi des buts plus confus comme par exemple lever ce qui lui semblait un obstacle pour son père dans ses relations avec d’autres femmes que Celle-ci, les préjugés, ou gommer le fait que son père ne maîtrisait pas la langue française, pas assez pour ne pas avoir ces petits défauts, charmants, qui le faisaient passer pour un conducteur de chantier alors qu’il était un architecte.

« c’est beau la vie, l’amour… »

« En m’inscrivant sur ce site j’ai voulu faire de l’humour.

Averell ce n’est pas un pseudo qui fait sexy, comme on dit. Mais ça fait rire, et ça pour sur c’est ce que j’aime faire rire.

Mais alors pourquoi j’ai voulu prendre ce pseudo ? C’est surement ce que vous vous demandez.

Parce que j’ai à coeur de levez les préjugés de l’humanité. Il faut arrèter avec ça, les préjugés, allez les gens : Stop les préjugés ! C’est Averell qui vous le dit.

Hé oui Averell, c’est un personnage dont tout le monde se moque, comme quoi il serait juste bon à manger du savon et à dire « Aqua com kiki » au lieu de « Quandos e comer aqui ». Mais en fait, souvent il est loin d’être plus bète que Joe, et mème il est plus fin parce qu’il est plus gentil.

Oui Etre gentil c’est une forme d’intelligence, l’intelligence du coeur, mèlme si ça doit vous faire très mal. Par exemple si vous êtes déçus.

Aussi il y a des gens qui aiment se croire supèrieurs aux autres, qui ne font rien que s’énerver, malgrè tout l’amour qu’ils reçoivent, tandis que d’autres mème s’ils ont fait des bètises parfois, savent se montrer braves.

Exemple : Belle Starr.

Elle c’est une femme qui a connu des déboires parce qu’elle était d’un milieu des sudistes pendant la guerre de sécession. Un peu comme Scarlett O hara. Mais pas dans les riches, dans les fermiers, parce qu’il n’y avait pas que le racisme d’esclave dans les sudistes, qui s’appelaient les confèdérés en fait. Il y avait aussi le refus d’un état qui commanderait tout le monde. Enfin c’est compliqué.

En tout cas, elle a connu le cousin de Jesse James, qui était aussi un gangster révolté par l’état. Et puis aussi d’autres gangsters, et elle est aussi devenue une gangsteresse (je ne sais pas si on dit ça gangsteresse, gangsterine ? gangstère ? c’est quoi le féminin de gangster ?).

Mais aussi elle a été reconnue comme une prisonnière modèle. Et ça ça veut dire qu’elle avait la classe aussi.

C’est comme EMMET Dalton, qui a écrit un livre de ses aventures. « When rode the dalton ». C’était le plus jeune des Dalton, donc en fait un peu Averell.

Les Dalton c’était des cousins à Jesse James, je crois, et eux aussi ont été dégouté par le comportement des capitalistes arpès la guerre de sécession que les sudistes ont perdu.

Les monopoles de banques et de chemin de fer captait tout et ne laissait rien à la liberté des petits.

C’est pour ça que je dis que « stop les préjugés ». Les gangsters de l’ouest en fait ils étaient du sud, et c’est une révolte contre l’état qui les faisaient devenir gangster. C’ètait un peu des Robin des bois. Mais avec des colts, ou d’autres marques de revolver.

Seulement Robin des bois, c’était un noble, pas un fermier. Alors on en fait un héros.

Alors que les Dalton, surtout Emmett qui a écrit un livre, on en fait un idiot qui mange du savon.

Stop les préjugés. Tous avec moi sur POC : stop les préjugés. »

La carrière de Averell76 sur POC commençait vraiment.  Et Papa n’en savait toujours rien.

EPISODES  (cliquez sur un nombre pour voir l’épisode correspondant )

UN   –   DEUX  –  TROIS (ici)   –  QUATRE   –   CINQ   –   SIX   –   SEPT

Publicités

8 commentaires

Lancez vous "Vers l'infini et au delà... " ("tu parles, j'appelle ça tomber avec talent.")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s