UNE HISTOIRE D’INTERNET (2)

Résumé de l’épisode précèdent  :   Papa vit seul avec ses 4 enfants.  Il a eu des copines qui n’ont pas plu.  Surtout la dernière qui tente un come-back dans la vie de Papa.  Et ça Petit-dernier n’est pas prêt à le laisser faire.

Petit-dernier était un grand connaisseur d’internet.  Il connaissait plein de gens avec qui il jouait par exemple à « World of Warcraft », ou à « No-life kill the terrorist ».  Dans ce dernier jeu en particulier il était le chef d’une équipe stable  ;  Caporal un quadragénaire divorcé, Moonbird une trentenaire timide, ou Gruntouf  un jeune homme en surpoids au CV impressionnant de vacuité.

Bien sur Papa n’aurait pas du laisser son Petit-dernier jouer aussi librement avec des adultes en ligne, et bien sur il n’en savait rien.

Toujours est-il que parmi ses amis internet auxquels Petit-dernier soumit son souci le débat fit rage.  Tantôt il aurait fallu empoisonner Celle-ci au Cesium 137, tantôt il aurait fallu tenter de la « voir sous un jour diffèrent ».  Ou alors caliner Papa pour qu’il n’ait pas besoin d’aller voir ailleurs.  Non, vraiment, Petit-dernier n’avait pas de très bonnes fréquentations sur internet.  Ce dont Caporal et Moonbird prirent conscience.  Aussi décidèrent-ils de trouver une « vraie solution » pour Petit-dernier et son Papa.  Comme ils avaient tous deux une certaine expérience de la vie amoureuse, d’un certain point de vue, ils lui conseillèrent d’inscrire Papa sur un site de rencontre.

Petit-dernier fut enthousiasmé par cette idée et commença la première quête  :  celle du site internet adéquat pour accueillir le petit coeur de son Papa chéri.  Et alors là, alors là… « schtoumpfe moi », « Lu-bic-amour », « Pet-ulla », « 5 à 7 C 6 » lui paraissaient tous aussi intéressants qu’ennuyeux.  Intéressants parce que chargés de sexualité adulte, ennuyeux parce qu’indéchiffrables.  Il fit donc un compte-rendu de ses observations à ses fidèles coéquipiers  :  « c naze les mitoc.  Jamais mon reup’ marche dans ces embrouilles ».  Moonbird et Caporal en convinrent  :  « c pa fo » dit l’un, « les soldes chez emmaüs » dit l’autre.

Il en faut jamais désespérer de rien ni de personne, et ce jour là c’est Gruntouf qui posa une question  :  « c koi le blème ? »  – « j’trouve pas un site pour mon dad’  » – « et poc, t’as essayé poc, pour les inclassables, poc, c’est pas du toc. »

Poc, pour-s-ouvrir.com, était un site qu’il avait fréquenté pour y suivre une camarade de classe, quand le mot « vie » et le symbole coeur avait encore un gout et une odeur pour Jean-Philippe, le petit nom de Gruntouf.  On était sensé s’y découvrir à travers ses gouts artistiques, ou multimèdia.  Bref, le site avait quelque chose de plus qu’un catalogue de photos truquées.   Et pour commencer Petit-dernier dût à l’aide de son Team rédiger une annonce pour décrire son Papa sur POC.

Le pseudo avait pris quelques temps déjà.  Finalement en mémoire d’un des camarades privé d’internet par des parents psychorigides, ou attentifs selon le point de vue, ce fut Averell76.  Ce pseudo avait un petit quelque chose de canaille, que Caporal aimait bien, de drôle et auto-dérisif que Moonbird apprèciait beaucoup, et boulimique qui faisait trop kiffer Gruntouf.

Pour la description tous abondèrent en conseil  :  Il faut que ce soit viril, mais gentil, et drole… oui tout ça et ressemblant à mon Papa…  Petit-dernier rédigea quelque chose, après tout il était le chef de la team, parce qu’il était le meilleur au couteau, au fusil à lunette, et à la sulfateuse en plus d’un stratège démoniaque, il avait l’habitude de traiter les invitations aux tournois, et les négociations avec les autres teams aussi bien que les défis cinglants et sanguinolents.

Et puis c’était son père, après tout.  Il publia donc l’annonce qui suit.

Averell76

bisous à toutes les nanas sympas du site

Je suis quelqu’un de bien mais faut pas se moquer de moi, j’aime tout ce qui est intellectuel, surtout les femmes qui ont des lunettes.

 Je suis très musclé, mème si j’ai un peu de surpoids, c’est la faute de mon ancienne copine qui cuisinait trop gras. Elle était vulgaire et possessive.

 Je suis pas très intelligent car j’ai raté mon bac, mais je déborde du désir de m’épanouir dans l’intelligence de quelqu’un d’autre.
 J’aime lire, le ciné, les expos, enfin tous les trucs d’intello quoi. Vous pouvez me croire.

 Mais je voudrais dire que je suis un bisounours, et que m’essayer c’est m’adopter, alors essayez moi.

 Femmes possessives et vulgaires, abstenez de perdre votre temps et de me faire perdre le mien.
 Merci d’avance de m’avoir lu jusque là.

EPISODES  (cliquez sur un nombre pour voir l’épisode correspondant )

UN   –   DEUX (ici)  –  TROIS   –  QUATRE   –   CINQ   –   SIX   –   SEPT

Publicités

11 commentaires

    1. Pas d’offense, nous nous insultons amicalement, comme des chiots joueurs…et un peu débiles ma foi. Je dis « nous », mais je ne parle pas vraiment de moi , n’est-ce pas ? ça valait le coup d’attendre…presqu’un mois, il est mignon le petit texte… ;-)

      J'aime

    1. Heu tu laisses le pisse-froid de l’enfer tranquille t’es gentille, merci. Enfin merci du compliment, ça m’encourage à finir les épisodes suivants. Mais remarque si l’autre s’est pas fait bouffer par les méduses, ou un poisson pourri , il a qu’à les faire…

      J'aime

Lancez vous "Vers l'infini et au delà... " ("tu parles, j'appelle ça tomber avec talent.")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s