DEVOIR DE FRANCAIS…

« Hé toi devant ton écran que j’éclaviote !
Oui toi, j’m’adresse à ta couenne,
J’te vole dans les plumes,
J’resquille,
Juste un peu d’attention de tes yeux fatigués.

On ne peut plus continuer comme ça.
Ne vois-tu pas que nous sommes à la veille de nous entretuer.

Ne sens-tu pas en toi ce besoin d’expier, de laisser couler, éjaculer ton sang,
Une dernière fois, pour échapper enfin à cette horreur quotidienne, cet ennui vulgaire ?
Coaguler la poussière de tes hématies, rendre à la sciure ce que tu dois à l’arbre ?

Ou bien, toute lumière te gène, peut-être ?
Un bruit te semble un vacarme, tu n’aspires qu’au silence de la nuit où tu erres.
Ta fatigue se tient debout toute seule et ton regard se couture de rouge et d’orangé si
Tu dois mordre, ton corps n’est plus que bois et dents serrées, quand ton àme terrorisée
Assiste au massacre dans un hurlement silencieux, que personne ne voit au fond de tes yeux.

Il y a dans les temps qui courent sous la pluie qui dérapent et glissent dans des flaques de larmes inassouvies,
Une musique lente et morne, faite de lents pas sourds, de fifres sans joie, et de voix rauques et désaccordées.
J’ai peur, de moi-mème, et de toi mon amour de lecteur, et de tous ces gens qui trainent leur impuissance et leur ennui au bout de leurs relevés bancaires, de leurs dettes, et de leurs mémoires…
Il y aura du sang, il ne demande qu’à sortir, il bat pour se répandre, il se cache pour mieux sourdre. »

Question 1 :     A qui l’auteur s’adresse-t-il ?
Question 2 :     De quoi l’auteur parle-t-il ? Peut-on en être sur ?
Question 3 :     Selon vous, à quelle époque pourrait correspondre ce texte ? Développez en une demi douzaine de phrases à peu prés.
Vous pourrez faire appel à vos connaissances en histoire aussi bien qu’à votre imagination.

Vous devrez vous appuyer sur une citation musicale, une vidéo ou une photo, ou un dessin.
Pour rédiger votre réponse commencez par vous placer la tête à l’envers et lacher un bras, ne commencez à écrire qu’après être tombé en vous faisant mal. Vous devrez intègrer les sensations éprouvées dans votre réponse.

Corrigé : Vous êtes la classe la plus nulle que j’ai jamais eue ! Bon déjà ça c’est fait.
Mon barème est le suivant :

pas de citation musicale : 0
1 point par citation jusqu’à 3, au delà 0 le dépassement annule la totalité.

Développement
moins de 3 phrases : 0
3 phrases : 1
4 phrases : 2
5 phrases jusqu’à 7 : 3
au dela 0 ( une phrase est délimitée par un point de toutes les sortes , pas par une virgule )  Le dépassement détruit les acquis.

Une phrase, longue de plus de 20 mots (admirez ma tolèrance), qui ne tient pas debout, dans laquelle par exemple on ne trouve pas de principale formée de Sujet-Verbe-Complèment  : ZZZZérooooo ( 0 points ça annule ).

Temps de Réponse

dans les 24 heures 10 points
48 heures 7
72 heures 5
la semaine 3
au dela 1

La présentation
Plus 1 point par lien valide
Le dernier point est attribué si on fait des jolis choses ( laissez parler votre imagination ! )

Mon corrigé, et la remise des notes, interviendra selon mon bon vouloir car je suis un professeur fantasque comme tous les créatifs  (enfin c’est ce que je voudrais que vous croyiez ).

Vous pouvez évaluer vos prestations entre vous en attendant (soyez sévères c’est pour la bonne cause).

Publicités

25 commentaires

  1. ah tu veux rejoindre le rang des exæquo?
    tu as tes chances, j’ai l’impression que le compteur du prof est bloqué ;)

    Par compte venant de toi, rejoindre le rang parait pour le moins étrange

    Bien vu le dracula moderne! :)

    J'aime

    1. J’essaie de répondre :
      l’auteur s’adresse à un Dracula qui s’ignore, un vampire moderne, ou pas trop vieux.
      On ne peut pas en être sur parce qu’il est vraiment trop énervé – c’est dingue d’être énervé comme ça d’ailleurs.
      J’ai des liens
      scène de guerre au moyen àge
      http://i.huffpost.com/gen/2164290/thumbs/o-SADE-ORSAY-570.jpg?1
      Cézanne « la femme étranglée »

      André Daumier « André Marie Jean Jacques Dupin »

      téléphone « la bombe humaine »

      Je vise une note correcte sans ostentation… entre 10 et 12 sur 20.

      J'aime

  2. Question 1 : A qui l’auteur s’adresse-t-il ?
    A son reflet morbide d’homme pressé, sur l’écran devant lui. Tu vois bien quand-même. Pour se voiler la face, et ainsi ne plus s’apercevoir, il fait semblant et joue au grand, il parle (en même temps ?) à son amour de lecteur, évidemment inexistant.

    Question 2 : De quoi l’auteur parle-t-il ? Peut-on en être sur ?
    De son exaspération narcissique d’être planté là, en tête-à-tête avec son reflet morbide d’homme pressé, sur l’écran devant lui. De son esprit tordu tel une gamme dodécaphonique. Tu peux en être sûr, vu que moi je le suis.

    Question 3 : Selon vous, à quelle époque pourrait correspondre ce texte ?
    Mais non, ça ne peut pas être l’avenir, car d’ici-là on aura inventé des écrans anti-reflet dignes de ce nom (plus de reflet morbide … bon, tu connais la chanson maintenant). Par ailleurs, il n’aurait pas fallu oublier ce qu’on a bien pu faire du souvenir du passé. Donc après mûre réflexion, j’en conclus que l’époque à laquelle veut correspondre l’auteur, est bel et bien le présent. Surtout qu’il a l’air d’être familiarisé avec l’utilisation des toilettes sèches. Attention, je n’ai pas dit « notre » époque. Pour pas qu’on pense que, lui et moi….

    J'aime

    1. « Exaspèration narcissique » quelle belle formule !!!
      « En tête à tête avec son reflet morbide » magnifique, magique !!!

      C’est dommage car malgré tout votre talent votre esprit tendancieux vous coute des points, hé oui…
      Très bien : 11/20

      J'aime

      1. Et comme je vois que vous avez l’air tatillon je détaille 20/20 :
        – 3 points de pas de lien cité
        – 3 points d’esprit tendancieux
        – 3 points d’être plus doué que le prof
        ça fait bien 11/20

        J'aime

      2. Ah, pour un premier devoir je suis assez satisfait de ma note. Je ne remarquerai même pas que c’est la même pour tous les élèves :-)

        J'aime

      3. Bon esprit. :)
        les notes sont toutes diffèrentes, elles arrivent toutes au mème point, mais par des chemins diffèrents.
        C’est le principe de la présence absence inspirante appliqué à l’évaluation scolaire.

        Aimé par 1 personne

  3. De la toute puissance du correcteur…
    Une appréciation remarquable pour un devoir somme toute assez remarquable lui aussi, et… une note qui frise la moyenne pour le motif scabreux d’éperonner le candidat!!!
    Je fais appel!

    J'aime

  4. Question 1 : A qui l’auteur s’adresse-t-il ?
    – ce malade mental s’adresse à jerohano de matière assez mal polie .

    Question 2 : De quoi l’auteur parle-t-il ? Peut-on en être sur ?
    – Il parle du poids du boucher ou de l’ agneau, du tendon qu’est pas trop cher pour les gens mais ça pourrait aussi etre une histoire de coût conversationnel

    Question 3 : Selon vous, à quelle époque pourrait correspondre ce texte ? Développez en une demi douzaine de phrases à peu prés.
    Vous pourrez faire appel à vos connaissances en histoire aussi bien qu’à votre imagination.

    – les eaux troubles sont dans les histoires et aussi dans des films:
    http://minilien.fr/a0m0ck

    ou dans des chansons chantées par des chanteurs;
    http://minilien.fr/a0m0cg

    ce qu’on en retient c’est qu’on ne se retient pas toujours de lever les bras:
    http://minilien.fr/a0m0ch
    mais aussi qu’on peut pleurer quand l’été n’a pas duré et qu’en plus on s’est cassé un bras en suivant consciencieusement ce qu’a dit de faire le prof de français:
    http://minilien.fr/a0mfte

    En conclusion il faut absolument se souvenir de tout ce que ça coute vraiment tout ça.

    ( zut jerohano, tu m’avais dit que tu me laisserais copier mais j’ai pas pu tout voir quand tu faisais le poirier devant ton écran! en plus tes phrases sont trop longues, j’ai du les raccourcir, mais remarque comme ça le prof ne va pas deviner que tu m’as un peu aidé)

    J'aime

    1. Excellentes réponses Toutoutoutine, des liens , de l’humour, de l’inspiration bien sourcée…
      je ne vous fais pas le détail de la notation car c’est bien simple je suis enchanté.

      Ha si tous les élèves pouvaient être aussi intelligent et motivée que vous.
      Je relève une toute petite faute d’orthographe , rien de grave, rassurez-vous, mais par honnèteté vis à vis de vos camarades, vous comprenez…il faut bien chercher la petite bète quand mème quand c’est parfait comme ici, et puis être d’autant plus sévère, ça vous stimulera, vous me remercierez plus tard.

      Donc une faute d’orthographe
      -9
      note finale 11/20 c’est excellent.

      J'aime

      1. Question 1: l’auteur, à travers un texte riche, dense, imagé, superbe de rage même, s’adresse avant tout au citoyen ordinaire (nous autres?). Citoyen plié, courbé sous les coups infimes mais répétés d’un quotidien de plus en plus pesant dans ses incertitudes, dans sa morosité usante. Citoyen qui pousse un hurlement silencieux de bête à l’agonie…

        Question 2: l’auteur, à travers un texte magnifique, aux allégories puissantes et mesurées à la fois parle peut-être de lui-même. En tout cas, que ce soit de lui ou des autres, c’est de l’Humanité avant tout dont il parle, une humanité mise à mal, souffrante…qui se révolte contre une oppression sournoise, d’autant plus pernicieuse qu’elle n’est pas visible, qu’elle n’est pas dite, qu’elle ne doit pas être dite…

        J'aime

      2. Question 3: ce texte semble avoir été écrit vers le milieu du vingtième siècle, je dirai, dans les années 40, mais il reste d’une modernité étonnante!

        J'aime

      3. PS: Cher professeur, votre texte est vraiment génial, vous avez beaucoup de talent, pouvez-vous me le dédicacer? Je vous admire beaucoup. Merci d’avance pour la (bonne) note que vous me mettrez en toute impartialité. Votre dévoué et respectueux élève. Arthur R.

        J'aime

      4. Arthur, vos réponses sont fort approfondies, je suis sur que le professeur Lazarille saura les apprécier.
        Je me demande quelle note il pourra bien vous attribuer…

        J'aime

      5. Je me permets tout de mème de critiquer un peu. Il n’y a pas de citation musicale
        L’auteur parle d’écran… mème la télé n’était pas répandue dans les anné des 40, vous pensez que c’est de l’écran de cinéma qu’il parle ? Ce serait possible.

        J'aime

      6. Arthur R, vous n’êtes pas vraiment en avance pour rendre votre copie. Mais peut-être est-ce parce que vous avez cherché des réfèrences…?
        NON, et bien vous ne manquez pas de toupet dites donc !
        Vos propos sont purement merveilleux, de fait vous avez saisi l’essence de ce texte, ça vous ratrappe un peu. En effet ce texte date des années 40, du début des années 40, alors que les propagandes défilaient au pas et en fanfare grotesque sur les écrans de cinéma, offrant au public stupéfié par les violents évènements qui secouait le monde, subjugué par les légendes idéologiques des spectacles…amusants.

        Bref je vous le dédicace de bon coeur Arthur R, ce n’est pas le mien il est apocryphe, on n’en connait pas l’auteur.

        Votre note ne peut être supèrieure, à cause du délai et de l’absence de lien illustratif, ni infèrieure à cause de sa brillance et de sa lucidité, à 11, c’est évident.

        J'aime

  5. Question 1 : A qui l’auteur s’adresse-t-il ?
    Ce malade mental s’adresse à moi. De manière assez malpolie d’ailleurs.

    Question 2 : De quoi l’auteur parle-t-il ? Peut-on en être sur ?
    Il parle du choix entre être bourreau ou agneau. D’une tension de violence entre les gens.
    Mais ça pourrait être aussi une histoire de couple dysfonctionnel.

    Question 3 : Selon vous, à quelle époque pourrait correspondre ce texte ? Développez en une demi douzaine de phrases à peu prés.
    Vous pourrez faire appel à vos connaissances en histoire aussi bien qu’à votre imagination.

    Les époques troublées ont été nombreuses dans l’histoire, à petites et grandes échelles, où certains ont entonné ceci.

    Ce qu’on en retient c’est souvent les victimes révoltées, les martyrs de la cause, celles qui feront se lever d’autres bras.

    Mais aussi reste la nostalgie des vaincus, celle qui laisse sourdre l’espoir d’une nouvelle vie future. On pleure alors les beaux moments qui n’ont pas duré.

    En conclusion il faut absolument se souvenir de ce que coute vraiment la lutte armée, sa nécessité vient souvent de l’absence de conscience de ce qui oppose vraiment les gens.

    (c’est d’un sérieux ça, j’espère que d’autres sauront faire plus gai )

    J'aime

  6. Hihi Saint Lazare, les questions de ton examen blanc de bac de Saint François me font penser à des questions d’un site de rencontre! Mais le barème, une vraie pelote d’épingles, même qu’une vache aurait du mal à y retrouver son veau!!! :)
    PS: bon j’avoue, j’ai jamais passé le bac!

    J'aime

    1. Corrgié flash éclair : réponse aux questions = 0
      citation musicale au autre = 0 développement 1 (3 phrases) temps de réponse 10.
      Note totale 11. hé ben c’est généreux étant donné les efforts que vous avez consentis.

      PS : ça se voit, pas la peine d’insister. ce n’est pas une excuse. vous n’avez mème pas vraiment essayé.

      J'aime

Lancez vous "Vers l'infini et au delà... " ("tu parles, j'appelle ça tomber avec talent.")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s