ZIM ! ZIM ! ZIM !

            ZIM ! ZIM ! ZIM !

Il lança un coup de pied dans l’arbre.
– Aïe!, protesta le végétal.

Haussant les épaules, remontant son col, il traversa la rue d’une pirouette sans se préoccuper de la circulation. Des injures pneumatiques crissèrent sur l’asphalte luisante, un tintamarre klaxonique retentit dans l’air mouillé du soir.
Il poursuit son chemin, chapeau enfoncé sous ses sourcils gras, yeux rivés sur le bout de ses chaussures trop grandes sous le vent sifflant dans le sourd brouhaha de la ville. Son pardessus râpé, cent fois rapiécé, battait ses cuisses au rythme de son pas dégingandé.
Il lui fallait retrouver la piste… Il n’y avait plus de temps à perdre, il lui fallait retrouver sa piste…
Il descendit sur le quai qu’il longea un moment. Plongeant la main dans sa poche, il sentit la présence métallique rassurante contre lui. Il la serra du bout des doigts dans le creux de sa paume…
Il refréna pourtant cette impulsion de la sortir et de souffler dedans, conscient que pour le moment il devait rester encore transparent comme une ombre s’il voulait la trouver, la suivre, y entrer peut-être? Il cala alors la trompette au plus profond de la poche. Il jeta également la marguerite qui ornait sa boutonnière…
La transparence d’une ombre…
Quelques roulements de tambour vibraient au loin, une voix nasillait dans un haut-parleur. Il s’effaça par réflexe contre le mur, respiration suspendue, bouche pincée, yeux fixes. Des individus passèrent, certains pressés par la pluie, d’autres légers, formant tous un cordon distendu sur un même sillon; des couples, des groupes d’amis, des familles, quelques solitaires… Il tira bénéfice de l’enveloppe brumeuse du soir, personne ne remarqua sa silhouette collée au mur.
La pluie redoubla et les derniers passants pressaient le pas. Ses yeux roulèrent dans leurs orbites, des rictus s’agitèrent sur sa face, sa respiration reprit; inspiration par le nez, expiration par la bouche, la ventrale celle des bébés, celle qui apaise, celle qui était devenue la sienne après toutes ces années.
Regard à gauche, regard à droite; il profita de ce qu’il n’y avait plus de passants pour décoller du mur et suivre de loin la foule qui commençait à se réduire et qui l’amenait, c’était certain, vers elle.

La lumière devient vive, les sons assourdissants quand,

les yeux aveuglés par les projecteurs,
les oreilles saturées par la musique,

il prend son élan,
soulève le rideau
et dans une culbute

. . . entre

sous un tonnerre d’applaudissements.

Sa vie recommençait…

SISSISTRONNELLE

Publicités

5 commentaires

  1. Tout commence par un univers à la Vian, se poursuit dans un autre à la humphrey Bogart, pour aterrir sur une piste…de cirque. Quel clown!

    J'aime

Lancez vous "Vers l'infini et au delà... " ("tu parles, j'appelle ça tomber avec talent.")

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s